Nous avons reçu une demande de droit de réponse en vertu de la Loi du 29 juillet 1881 de monsieur Alain Delsol, président du SIVOM SAGe

 

Réponse de Monsieur Alain Delsol, Président du SIVOM SAGe :

J’ai souhaité rétablir la vérité suites aux fausses allégations portées par M. Blanc à l’encontre du SAGe.

Unité d’eau potable à Saubens : une situation financière saine

Tout d’abord, M. Blanc préjuge de la situation financière du SIVOM SAGe. Celle-ci est saine. L’investissement pour la construction de l’unité d’eau potable de Saubens a fait l’objet d’un plan de financement achevé en 2016 avec l’accord des différentes parties prenantes, dont l’Agence de l’eau qui n’aurait pas validé sa participation en l’absence de garantie financières. Elle est également inscrite dans le schéma directeur du conseil départemental. Conformément au principe selon lequel « l’eau paie l’eau », ce projet est financé par les usagers du SIVOM SAGe, par une diminution des charges liées à l’achat d’eau auprès de Réseau 31 et au remplacement de l’unité de Jordanys.

Ce projet existe et sera mené à terme, indépendamment de la reprise de la compétence « Eau potable » au SIECT par le Muretain Agglo.

Reprise de compétence « Eau Potable » : une réponse à un questionnement légitime pour les élus

Cette reprise de compétence fait l’objet d’interrogation de la part des communes qui ont pour objectif le souci du meilleur service public rendu pour leurs citoyens. Ce sont elles qui ont été à l’initiative de questions et rencontres avec les différents acteurs du territoire dans un esprit de concertation et de co-construction, auxquelles nous avons évidemment répondu présent.

Rappelons également, qu’au conseil communautaire du Muretain Agglo, l’ensemble des élus ayant pris part au vote l’ont fait en tant qu’élus de la Communauté d’agglomération agissant pour le bien du territoire communautaire et en tant que représentant de leur commune. En tant qu’élu, je suis très attentif à la qualité de service proposé aux usagers et c’est là l’unique finalité de mon action. Ce qui ne m’empêche pas de noter et de saluer l’implication et le travail de terrain des femmes et des hommes qui œuvrent tous les jours sur le réseau du SIECT.

 

Un prix de l’Eau maîtrisé…

M. Blanc, à travers la commande d’un audit externe, prédit une augmentation du prix de l’eau pour les usagers du SIVOM SAGe. Quel crédit donner à une étude qui, menée sans un audit de notre établissement, ne peut qu’interroger sur sa véracité ? Il est inutile de rappeler que le SIVOM SAGe, issu de six syndicats, a réussi à homogénéiser les tarifs par le bas. Les élus ont toujours eu la volonté d’offrir un service public qualitatif à un prix bas et au plus grand nombre, dans une logique de solidarité des territoires.

et une qualité de l’eau toujours au cœur de notre action

Enfin, nous rappelons que la première usine d’ultrafiltration de la région a été réalisée par le SIVOM SAGe bien avant celle du SIECT. Aujourd’hui les technologies ont évolué et le SIVOM SAGe, dans un souci de progrès, a entrepris des choix forts en matière de qualité de l’eau : en abandonnant le bioxyde de chlore qui induit des chlorites et des casses de branchements provoquant des fuites d’eau, et en remplaçant l’ultrafiltration par un système de désinfection par UV. Cette technologie est moins énergivore et plus respectueuse de l’environnement.

Le SIVOM SAGe est soucieux du service public rendu : respect de la réglementation en matière de mode de gestion des services publics industriels et commerciaux et toujours au plus proche des usagers grâce à nos pôles de proximité. Tous nos compteurs ont une moyenne d’âge de 8 ans. De plus, notre schéma directeur prévoit des interconnexions de nos réseaux avec ceux des communes et EPCI limitrophes, permettant ainsi d’assurer, en cas de défaillance majeure, la distribution de l’eau en qualité et en quantité suffisante à tous nos usagers : villes de Muret et Noé, Toulouse Métropole, Réseau 31, le SPEHA et le SMDEA 09.

L’innovation est au cœur de notre politique, comme le démontre notre implication dans plusieurs partenariats en recherche-développement : procédé Garofiltre (granulés de verre recyclé : une alternative à la filtration traditionnelle sur sable) et, pour l’assainissement, le projet SMS « Séparation des micropolluants à la source » ou encore le réseau OBEPINE.

Peut-on réellement parler d’un service « lowcost » de l’eau ?

Avantage pour les usagers : un guichet unique

Le temps est venu de recentrer le débat. La seule raison qui motive la reprise de la compétence eau potable au SIECT est la rationalisation et le rassemblement des compétences eau et assainissement au sein d’une seule et même structure. En effet, les principales communes intéressées par une adhésion au SIVOM SAGe sont celles ayant déjà transféré la compétence assainissement à ce dernier. Au-delà du prix de l’eau, cela impliquera pour l’usager un seul interlocuteur pour la demande des permis de construire, de raccordement et d’ouverture de contrat ainsi qu’une seule facture.

Nous ne pouvons que regretter qu’il n’y ait pas eu de débat contradictoire sur un thème aussi important que celui de l’eau potable et ce droit de réponse apporte l’éclairage nécessaire à vos lecteurs.

Monsieur Alain Delsol
Président du SIVOM SAGe