Ce mois-ci, l’ami Alphonse Arias distille ses conseils pour une pêche en période estivale.

 Eaux froides, eaux chaudes : s’adapter.

Beaucoup de pêcheurs redoutent le début de saison de la truite : eaux froides, eaux de neige, eaux fortes, gelées, métabolisme ralenti de la truite fatiguée du frai…

Pourtant, de belles pêches peuvent être à l’ordre du jour en mars et avril ! Certains le savent et dans leur tête ils ont confiance et partent gagnant.

En période estivale, les pêcheurs trouvent des cours d’eau dont le débit a franchement baissé, des températures de l’eau plus tempérées, des poissons en principe plus actifs et le beau temps qui incite à rôder les berges…

Oui, mais voilà, les modifications climatiques et les excès en tous genres du temps peuvent contrarier la réussite d’une partie de pêche !

En effet, les canicules et les sècheresses, souvent aux rendez-vous estivaux, font considérablement baisser les niveaux des rivières et par là même augmenter la température de l’eau.

Si l’eau trop froide peut contrarier l’activité des truites, il en va de même pour l’eau trop « chaude ».

Rechercher le meilleur endroit.

De plus, il n’est pas très agréable de pêcher en milieu journée quand il fait trop chaud !

Rechercher des torrents encaissés coulant au cœur de forêts, permet au pratiquant d’être au frais et donc à l’aise pour l’exercice de son loisir.

Les bassins versants nord sont à privilégier. Ils sont généralement peu productifs au printemps et bien plus porteurs en été.

L’aube et le crépuscule peuvent être mis à profit dans les secteurs dégagés. Quant au milieu de journée, il ne faut pas le manquer, même en période de canicule mais choisissez l’ombre des forêts et la fraîcheur des embruns !

Soyez opportunistes.

Mettez à profit les journées couvertes ou brumeuses, celles-là mêmes où vous avez besoin de mettre un polo à manches longues à cause d’une température franchement moins chaude.

Vous serez plus à l’aise pour pratiquer une pêche sportive. De plus, généralement, les taons, les mouches, moucherons et moustiques seront plus cléments. L’eau des rivières et surtout celle des torrents et ruisseaux sera plus fraîche ! Un petit degré de moins peut inciter les Farios à se nourrir…  Saisissez l’opportunité des mouvements d’eau dus aux orages !

www.pecheur-arias.com