Après une brillante victoire de la gauche unie avec des scores jamais atteints et embellis par celle de Carole Delga qui réalise le meilleur de score de France, Georges Meric a été réélu président du conseil départemental de la Haute Garonne. La désignation des vices présidents du conseil départemental de la Haute Garonne met à l’honneur le canton d’Auterive/ Volvestre.

En nommant Sébastien Vincini 1er vice président et Maryse Vezat 2 eme vice présidente, Georges Méric a mis dans la lumière le canton d’Auterive composé du bassin auterivain et du Volvestre. Sébastien Vincini désigné comme bras droit du président se voit octroyer le portefeuille des finances, du numérique et de l’innovation avec un budget de plus de 1,7 milliard d’euros. Avec cette poignée de main échangée où amitié, confiance et respect se sont conjugués avec une certaine émotion, on pouvait  lire la symbolique d’une transmission future d’une génération à l’autre. Le sage humaniste expérimenté qui invite le quadra promis à un bel avenir à continuer, avec patience et fidélité, à poursuivre l’acquisition d”expériences pour mieux éclore un jour prochain. Sébastien Vincini est un homme qui aime profondément le territoire et les habitants qui le composent avec cet enracinement dans le monde rural dont il tire sagesse et force. Premier fédéral du parti socialiste de la Haute Garonne, il clame depuis des années que les valeurs humanistes de la gauche ne sont pas mortes et que l’exemple de la réussite des territoires permettra la victoire au niveau national.

En nommant Maryse Vezat 2eme vice présidente, Georges Méric remercie celle qui tout au long de la précédente mandature a accompli un travail remarquable en tant que 1er vice présidente avec une capacité de travail hors du commun. Sans ambition politique que de celle de servir l’intérêt commun avec des valeurs de gauche qu’elle porte au plus profond de son for intérieur, la maire de la belle cité de Rieux Volvestre s’est vu confier un très gros portefeuille qui comprend entre autre celui de l’aménagement du territoire avec les suivis des 586 maires, des présidents des EPCI et autres syndicats. Un poste sans nul doute qui nécessite une confiance absolue du président.

Fort de leurs expériences et dans la continuité de la mandature précédente, les nouveaux élus se sont remis au travail confortés par l’excellence des résultats même s’il ne faut pas oublier un taux d’abstention inquiétant.

Avec un rassemblement national un genou à terre, une droite qui n’arrive pas à percer, Carole Delga et Georges Méric ont toutes les cartes en main pour réussir et porter les valeurs humanistes qui les animent en mettant en place une politique inclusive, égalitaire, républicaine et citoyenne.