Les gens du voyage (une bonne quarantaine de caravanes) ont dernièrement investi le village  et se sont installés après une longue discussion, sur le terrain de football. Rapidement alertée, Mme le Maire accompagnée de ses adjoints s’est rendue sur les lieux pour tenter d’éviter l’installation des contrevenants. Les échanges menés avec diplomatie entre les deux parties ont été courtois dans l’ensemble . En moins d’une demi-heure, pas moins d’une dizaine de représentants des forces de l’ordre sont arrivés sur les lieux. Les gens du voyage  ont donné l’assurance qu’ils partiraient dans deux semaines , à partir d’un protocole de stationnement temporaire préparé par la municipalité. En juillet déjà, lors d’une première occupation des lieux, les gens du voyage avaient fait les mêmes promesses qui ont été tenues !

Le maire Lucienne Cortinas pointe les difficultés dans lesquelles se trouvent les collectivités affirmant qu’elles n’ont pas les moyens de proposer des solutions pérennes. La présidente de la Communauté de Communes  Magalie Gasto Oustric est bien consciente du problème. Il est vrai que la fermeture de l’aire de grand passage à côté du parc des Expos  pour cause de préparation des Pyrénéennes en septembre n’arrange  pas la situation.  Les communes sont dans l’embarras… Pour beaucoup cette fermeture est venue un peu trop tôt dans l’année. En matière d’accueil, d’habitat et de stationnement des gens du voyage, le droit français se caractérise, depuis plus de trente ans, par la recherche d’un équilibre entre le souci de préserver le mode de vie itinérant des gens du voyage, d’une part, et la nécessité de maintenir l’ordre public et de faire respecter le droit de propriété, d’autre part.

Il apparaît indispensable de sensibiliser les services de l’Etat et le Département  sur la difficulté de mettre en œuvre le schéma départemental d’accueil des gens du voyage et qu’ils s’engagent à régler ce problème. Celui-ci est récurrent, et résulte de plusieurs facteurs. L’un d’entre eux est le manque d’emplacements réglementés, dans les aires d’accueil. Moins de la moitié des places que prescrivait le préfet de Haute-Garonne dans le premier schéma départemental d’accueil des gens du voyage de Haute-Garonne, en 2003, sont réalisées. La dernière mouture du schéma départemental d’accueil, signée fin 2019 par le préfet de Haute-Garonne et les communes, marque néanmoins de nouvelles ambitions sur le sujet… D’ici 2026, les communes devront construire 560 places supplémentaires, pour arriver à un total de 1 175 places. Il faut rattraper le retard, certes, mais pas n’importe comment. Sujet sensible car selon l’endroit il peut déclencher des réactions épidermiques, des manifestations ou des mécontentements de toutes sortes mais il faut mettre fin à toutes les occupations illicites.  Pour le Comminges, en attendant il va peut-être falloir que les communes fassent preuve de plus de solidarité pour trouver ensemble une vraie solution  et…très vite! Ce qui est sûr c’est que l’Etat, maître d’œuvre ne doit pas se défausser ! Affaire à suivre donc.