Une semaine de mobilisation inédite s’achève au lycée Bagatelle… Puisque c’est bien la première fois que des lycéens doivent s’adapter, d’une part à la réforme du bac, et d’autre part à des conditions de travail régies par une crise sanitaire sans précédent.

Depuis notre dernier article, la mobilisation n’a pas faibli. Les soutiens se sont multipliés à l’image du député Joël Aviragnet, ainsi que le syndicat « CGT » qui ont fait le déplacement depuis Toulouse ce jeudi 6 mai à Saint-Gaudens pour rencontrer les élèves de première et de terminale. Le ministre de l’éducation Jean-Michel Blanquer a fait une première déclaration en annonçant des aménagements pour certaines épreuves. Cependant cela reste très insuffisant pour les étudiants qui ne décolèrent pas.

« C’est donc dans la matinée du jeudi 6 mai, après la visite du député, que nous sommes partis manifester dans les rues de Saint-Gaudens. Du lycée Casteret au complexe de Saint-Thérèse en passant par la place du marché et la mairie, en criant le slogan « Blanquer t’es foutu, la jeunesse est dans la rue », nous étions près de 200 jeunes à montrer notre mécontentement. Nous jugeons la prise de parole de Blanquer comme « un bon début », mais c’est loin d’être suffisant. Le ministre n’a absolument pas répondu aux attentes des syndicats, ce qui ne fait qu’accroître leur détermination et leur envie de se faire enfin entendre ».

Les manifestations ont continué dans la journée de vendredi. Elles devraient se poursuivre dès lundi comme partout en France…