Tonte des béliers, au GAEC de Poy à Antignac :

C’est une histoire de famille, nous vous avions parlé de Séverine et Noël Comet dont une vache et son veau avaient été primés a la Foire Agricole de Paris en 2019 : https://www.petiterepublique.com/2019/03/05/gasconnes-luchonnaises-a-paris-gina-raconte/

Aujourd’hui nous profitons de la séance tonte des béliers à Antignac. Chacun participe Sylvain le grand Père, Noël et Séverine, Valentin et Benjamin les jeunes motivés, assurés de leur savoirs, il n’y a pas de place pour le doute ! Mais le père garde un œil, “Marc” le bélier de 2ans ne semble pas en désaccord et docilement se laisse “coiffé” pour la saison d’été.

Noël : “Il est important de réaliser la tonte au printemps et de préparer toutes les bêtes pour le long séjour d’été, en montagne, débutant par la transhumance, cette année programmée le dimanche 30 Mai. Pour l’hygiène mais aussi pour une protection contre les températures extrêmes. La tonte des béliers de races Tarasconnaise est trés particulière, chaque race, chaque région a sa propre tonte, il est des secteurs où la tonte se fait à la descente avant l’hiver. C’est ancestral, les parties de laines laissées sur le corps de “Marc” (sur les photos) le protègeront des coups de ses congénères, coups quelques fois portés sur le flanc et à l’arrière.

Au Gaec de Poy, les brebis sont tondues, cela s’est fait la semaine dernière, 1 à 2 journées sont consacrées à ce travail, qui demande beaucoup de dextérité et une bonne santé physique. La tonte libère l’animal de ses parasites externes, poux, tiques, et permet à la peau de respirer. De plus, la tonte permet d’examiner la brebis sous toutes les coutures : mamelles, vulve, peau… La laine est emballée dans des sacs en toile pour des centres de traitement afin d’utilisations en différentes formes, produits d’isolations dans le bâtiment, elle est encore utilisée dans le textile, pour la confection de tissus et de laine à tisser ou à tricoter.

Une grande fête du Pastoralisme et de la culture gasconne,  devait se tenir à Luchon, les 29 et 30 mai, avec en point d’orgue la transhumance, mais cette fête vient d’être annulée pour cause de pandémie Covid. C’est n’est que partie remise… pour 2022 !?