Estadens en émoi, encore une histoire d’antenne – La fracture du regard !

Sur la ligne de crête visible des communes voisines, le 12 mars de cette année s’achève l’assemblage des tronçons d’un pylône de 42m. C’est médusés et très en colère que les riverains ont découvert  le projet de cette érection d’un mobilier technologique outrageant à la beauté sublime du paysage lors du démarrage des travaux en novembre 2020, après le dépôt du dossier en mairie le 4 août 2020, alors qu’il n’y a pas eut concertation avec la population au préalable. « Discrètement un affichage de travaux préalables existait bien, mais à l’abri du regard, en retrait du passage, apparaissant en toute discrétion, telle une forme de joker juridique en cas ! ».

Bis répétita ; après Encausse, Rouède, Ardiège, Marignac, Cepx, une liste non-exhaustive d’impacts de ce mobilier technologique qui indigne de plus en plus de riverains. La justification de ces antennes selon l’opérateur SFR serait de favoriser une meilleure couverture pour les connexions Internet ? Toutefois, Madame Marie-Paule Demiguel, sous- préfète d’arrondissement a informé de sa démarche écrite pour demander le retrait de l’antenne prévue dans la commune d’Encausse-les-Thermes, pour SFR. L’opérateur a été prévenu et elle est en attente d’une réponse nationale.

La connexion très Haut Débit Fixe et Mobile est un enjeu majeur pour l’opérateur SFR. L’offre s’adresse aussi bien aux entreprises, qu’aux particuliers, ainsi qu’aux collectivités territoriales. De toute évidence, au constat de la fracture de la vue que génère cet édifice au regard du paysage des Pyrénées commingeoises, les habitants ne semblent pas du tout partager l’urgence de cette offre de service virtuel.

Un collectif s’est constitué : CAPmobilisation31 (capmobilisation31@gmail.com).  Il demande une instance de concertation départementale pour cette médiation concernant l’installation radioélectrique existante de la commune d’Estadens, pour le préjudice sur l’atteinte au paysage naturel. Cette démarche est adressée à la Préfecture de la Haute Garonne par le motif du préjudice porté au paysage naturel. Il évoque dans cette démarche le paragraphe 2.2.3 extrait du PLU (Plan Local d’Urbanisme) de la commune d’Estadens : « Le paysage est marqué par le relief et l’occupation du sol. Les atouts de la Commune concernent les vallées alluviales qui sont des écrins de verdures et des plateaux, sur les parties hautes, permettant de créer des cônes de vue sur le Mont Cagire, la richesse écologique rencontrée, le patrimoine architectural traditionnel et le patrimoine historique ».

Les membres du collectif déclarent : « Nous savons que cette antenne évoluera vers la 5G, dont l’utilité publique est très largement contestable. Nous sommes de plus en plus de personnes à nous satisfaire d’une connexion basique au débit limité mais suffisant pour les tâches informatiques essentielles, le télétravail et répondre à la tendance à la dématérialisation des démarches administratives qui nous sont imposées ».

La 5G et la transition verte ; « Elle ne s’inscrit pas dans la transition verte comme on voudrait nous le faire croire, mais bel et bien vers la même tendance du Vendre plus et consommer toujours plus d’énergie dans un Monde aux ressources finies qui nécessite une urgence’ d’action concrète ».

Le collectif rappelle dans son propos le contenu de la Convention Citoyenne sur le questionnement qu’impose le choix technologique de la 5G.

Citation : « Le génie de Baudelaire aura été de prendre la mesure du grand combat que la modernité s’apprêtait à livrer avec la beauté, risquant de la ruiner durablement ». Henri Scepi