En ce mercredi 24 mars, par un après-midi quasi estival, Denis Turrel, maire de Carbonne et président de la communauté des communes était heureux de recevoir monsieur le préfet de Région Occitanie, Etienne Guyot, la sous préfète de Muret madame Cécile Lenget, Maryse Vézat-Baronia vice-présidente du conseil Départemental.

Le projet :

Pour ce projet ambitieux qui va voir le jour, étaient également présents la présidente de la SMDEA, Christine Téqui et Sébastien Vincini, président de Réseau 31, 2 syndicats départementaux de l’Ariège et de la haute Garonne.

Une association nécessaire pour répondre aux exigences de la croissance démographique du ce secteur Garonne-Salat-Arize en matière de production d’eau potable.

Le projet GSA se substitue à deux projets individuels et consiste à construire, pour un montant total de 22,6 Millions d’Euros.

 Sous la maîtrise d’ouvrage du SMDEA : une nouvelle usine de production d’eau potable située sur la commune de Carbonne, d’une capacité de77O m3/h (contre 300 m3/h actuellement), soit 14 000 m3/j.

Sous la maîtrise d’ouvrage de Réseau 31 : un réservoir de 2 000 m3 situé sur la commune de Gensac sur Garonne ; une conduite de transport (adducteur) entre l’usine de Carbonne et le nouveau réservoir.

Les deux syndicats départementaux d’eau et d’assainissement bénéficieront d’une aide de 17 millions d’euros de l’agence de l’eau, dont 7 millions d’Euros au titre du plan de relance. Le coût global du projet est estimé à 45 millions d’euros (19 millions d’euros pour le SMDEA09, 26 millions d’euros pour RESEAU3l).

Les discours :

Le maire de Carbonne dans son allocution rappelait rapidement la genèse de la collaboration entre ces 2 entités.

Il laissait la parole tour à tour aux présidents de la SMDEA puis de Réseau31 qui confirmaient le bien fondé de cette collaboration et la nécessité de ce projet ambitieux et indispensable  dans un avenir proche du fait du changement climatique .

Le préfet Etienne Guyot, prenant en dernier la parole, rappelait : « Au sein du volet Écologie de France Relance, qui vise à accélérer la conversion écologique de l’économie, 550 millions d’euros ont été annoncés en faveur de l’eau et de la biodiversité à l’échelle nationale.

Les mesures du plan France Relance sont déclinées dans le grand Sud-Ouest, à l’échelle du bassin Adour-Garonne à hauteur de 47,4 miltions d’euros, c’est 138 millions d’euros de travaux qui vont être réalisés sur le bassin Adour-Garonne grâce aux dotations supplémentaires de France Relance ».