la CUMA PEI (Pyrénées Espace d’Innovation) vient d’effectuer une démonstration de robot broyeur téléguidé au lieu-dit Monléon à Montesquieu-Volvestre, en présence de Maryse Vezat-Baronia, vice-présidente en charge du Tourisme et de l’Aménagement du Territoire et de Frédéric Bienvenu, maire de la commune.

Le robot-broyeur de la CUMA PEI peut être mis à disposition des agriculteurs, des groupements pastoraux, des associations foncières pastorales, des ASA, des forestiers et des petites communes (de moins de 3500 habitants) qui en ont besoin pour la réouverture des milieux embroussaillés en zone de coteau ou de montagne.

La baisse structurelle du nombre d’agriculteurs a entraîné un embroussaillement des zones les plus difficiles à exploiter en raison des pentes, de l’accès difficile, de l’éloignement etc…
Ce phénomène de déprise agricole a des conséquences écologiques, comme les risques naturels d’incendie ou d’appauvrissement de la biodiversité et des sols, et des conséquences économiques, avec une baisse du potentiel de production agricole des terrains ou une diminution d’attrait touristique notamment. La qualité de vie des habitants et la lisibilité paysagère sont également impactées.
La reconquête pastorale et paysagère représente un enjeu fort pour agir durablement et collectivement sur le territoire, en respectant l’environnement et la biodiversité.

Ainsi, après la réalisation de diagnostics par les techniciens du Conseil départemental,
les agriculteurs, forestiers, ASA et communes qui en ont besoin peuvent adhérer à la CUMA PEI, en mutualisant les coûts, pour intervenir sur leur exploitation et leur territoire.

La CUMA PEI, a été créée le 1er juillet 2020 à Saint-Bertrand de Comminges, avec la FDCUMA 31 et 09. Elle s’est dotée d’un robot broyeur téléguidé, d’un camion de transport et a recruté deux chauffeurs salariés via MultiAgri 31 (Service Remplacement 31). Ces adhérents s’engagent sur une période de 6 ans qui est la durée de l’amortissement du robot.

Les tiers non associés peuvent demander des prestations. Le prix journée est de 450 euros. Le robot broie jusqu’à 10 cm de diamètre. Il est aussi idéal pour l’’ouverture ou l’entretien des sentiers de randonnée en complément des associations déjà existantes. Ce robot se révèle être également très efficace dans la prévention des incendies.

Le Conseil départemental de la Haute-Garonne soutient cette initiative par une animation technique, un accompagnement financier au démarrage et un soutien à l’emploi salarié à hauteur de 10 000 € par an et pour 3 ans.

Tourné vers l’avenir, le Conseil départemental consacre 2 M€ par an de subventions pour favoriser le développement de l’agroécologie en Haute-Garonne. Les 28 conseillers agro-environnement accompagnent près de 4 000 agriculteurs chaque année.

“Fortement engagé auprès des agriculteurs haut-garonnais, le Conseil départemental de la Haute-Garonne défend avec ambition le maintien de l’emploi local et le tourisme par l’entretien des espaces et des paysages, tout en préservant la biodiversité qui fait la richesse de notre territoire”, déclare Georges Méric, président du Conseil départemental de la Haute-Garonne.