Elodie Duchesne et son conjoint Nicolas Verrier, projettent d’ouvrir dans le village d’Ardiège, une école démocratique. Leur projet : « l’Arbre de vie ». Mais un écueil qui n’aurait pas dû être, est sur leur chemin.

Élodie, Nicolas et leurs trois enfants (Ryan, Maylie et le petit dernier Aaron), habitent depuis cinq ans à Mauléon-Barousse. Nicolas est professeur au lycée Marie Curie de Tarbes. Elodie était photographe. Leur grand fils Ryan âgé de 16 ans était ce qu’on appelle un enfant « hyperactif ». Il vivait très mal sa scolarité au point que ses parents décident de le déscolariser et de lui faire l’école à la maison : une réussite. Sa sœur (https://www.petiterepublique.com/2021/02/09/mauleon-barousse-maylie-la-harpe-passion/), et son frère suivent alors le même chemin. Toujours avec le même succès.

L’école démocratique

Le couple voit leurs enfants s’épanouir avec ce mode d’enseignement. Élodie cogite pendant plus de deux ans pour partager son expérience avec des parents ayant les mêmes problématiques. Elle se rapproche des écoles démocratiques, créées dans les années 1920 aux États-Unis.

Comme son nom l’indique, l’école démocratique s’organise et oriente son enseignement à travers le fondement de notre société : la démocratie. Autrement dit, la voix d’un enfant comptera et sera entendue au même titre que celle d’un adulte. Les élèves sont libres de s’exprimer et sont d’ailleurs fortement encouragés à le faire. Elle arrive à convaincre son compagnon et l’aventure commence.

Un lieu est trouvé

1er acte

Pas très facile de trouver un lieu qui puisse convenir. Il faut de l’espace, des pièces séparées, un extérieur. Après plusieurs mois de recherches, ils trouvent le bâtiment idéal : de l’espace intérieur et un terrain de 5.000m². Sans compter une forêt de 240 hectares juste à côté. Une ancienne colonie de vacances appartenant au diocèse de Toulouse est à vendre depuis une dizaine d’années. Pas de travaux de gros œuvre.

Ils prennent alors rendez-vous avec le maire du village d’Ardiège et présentent leur projet. Celui-ci donne son aval et prévoit même d’organiser une réunion avec les villageois, dans la salle des fêtes « Tout ce qui est en faveur des enfants est à prendre », leur-aurait-il dit.

Fort de cet accord de principe, le couple rencontre le propriétaire, négocient trouvent un accord et signent le compromis de vente le 23 décembre 2020. Tout semble aller pour le mieux.

2ème acte

Le maire revient sur sa décision et préempte le 23 janvier 2021. D’après lui afin de réaliser un autre espace pour les ateliers municipaux. Élodie et Nicolas l’apprennent lundi 8 mars par leur notaire, la douche froide. D’autant qu’ils viennent d’obtenir leur prêt immobilier.

Aussitôt, le couple fait appel à un avocat. Une procédure est engagée au tribunal administratif et une audience est programmée pour le 29 mars prochain.

De nombreux soutiens

Déjà une dizaine de familles avait inscrit leurs enfants, dont certains autistes, pour la rentrée prochaine.

Car cette école pas comme les autres, hors contrat avec l’éducation nationale a fait ses preuves. En annexe, une carte mentale qui explique le principe même de l’école.

Mélanie Lassere, une maman qui avait inscrit ses enfants, est indignée par l’attitude du premier magistrat de la commune. « Quand j’ai appris qu’une école démocratique était en projet dans notre secteur, je me suis renseignée sur ce type d’établissement. Pour mes enfants je ne pouvais espérer mieux. Je me suis investie dans ce projet, et quand j’ai appris que M. le Maire renonçait à ses engagements et faisait valoir son droit de préemption, j’ai ressenti une profonde déception et une grande indignation. J’ai donc mis en place une pétition pour essayer de le faire changer d’avis. »

Les coordonnées : https://www.ecolelarbredevie.com

Pétition en ligne : https://www.change.org/p/maire-d-ardiège-pour-l-ouverture-de-l-école-démocratique-à-ardiège-31?redirect=false