Championnat élite 1 de rugby à XIII. 13ème Journée

ALBI RL XIII – RACING SAINT-GAUDENS : 40 – 12 (mt : 18 – 0)

Samedi 27 février, Stade Mazicou.

Temps ensoleillé, conditions excellentes.

Arbitre : Kevin de la Rose.

 

Composition des équipes :

Albi RL : Boutonnier, Tailhades, Pedrero, Guinguet, Goze, Zaurinni, Cance, Henrion, Dupuy (cap), Bonillo, Shea, Cousinie, Walton,

Sont entrés en jeu : Rodrigues, Pomie, Molinier, Grabulos.

Racing Saint-Gaudens : Chanet, Sorel, Delage, Minga, Gorka, North, Bentley, Wall, Stefani, Moliner, Sentenac, Weetman, Wilshere,

Sont entrés en jeu : Barat, Quemener, Masuaute, Lucas, Arreou.

 

Evolution du score :

Vainqueurs : 7e : Tailhades (4), Pedrero (17, 58), Goze (35) Molinier (43), Rodrigues (47), Boutonnier (73) ; 5t : Goze (4, 17, 43, 58, 73) ; 1p : Goze (31)

Vaincus : 2e : Moliner (54), Sorel (66) ; 2t Lucas ( 54, 66)

 

Essentiel :

Aucun des deux prétendants n’entendait perdre la partie. A ce niveau du championnat, avec pour objectif commun d’accrocher la 6ème place qualificative enviée à Avignon large vainqueur face à Villeneuve, le droit au faux pas n’était guère possible pour chacune des deux équipes. Pas de partage, nul autre enjeu que la victoire. La défaite a aujourd’hui le goût amer d’un couperet qui ôte toute illusion.

Le Racing Saint-Gaudinois traverse une mauvaise passe. Sa récente victoire sur le terrain face à Toulouse s’est transformée en défaite sur tapis vert. Un point du règlement inconsciemment transgressé qui remet aujourd’hui les dirigeants face à leurs responsabilités. Qu’à cela ne tienne, il fallait réagir. Mais la fracture ouverte au moral semble avoir gagné les rangs des bancs commingeois.

A Albi, samedi, de mémoire de téléspectateur d’un match à huis clos, on n’avait jamais vu les Ours offrir plus piètre prestation depuis leur retour en élite 1. Privés de leur demi d’ouverture, Valentin Dumas, blessé, les Ours perdent aussi leur seconde charnière, Chay North, claqué au bout d’un quart d’heure de jeu. Faut-il trouver des excuses ? Sans gonds, leur jeu désarticulé ne fait pourtant plus sensation. Même si les individualités gardent leurs qualités, le jeu saint-gaudinois n’est plus collectif, constructif, créatif. Les chaines sont incomplètes. La solidarité fait défaut et la défense prend l’eau.

Les Albigeois n’en demandaient pas tant. L’occasion est trop belle pour les Tigres enclins à s’offrir des peaux d’Ours. Les Tarnais dominent leur match. Ils se font plaisir, se montrent plus rapides, témoignent de plus d’envie. Ils marquent trois essais en première mi-temps sans encaisser le moindre point et forts de leurs facilités, en ajoutent quatre autres en seconde. Les bras ballants, les Ours, traînés à l’abattoir, ont bien quelques sautes d’humeur. Ils mènent quelques vains contres, sauvent l’honneur mais ce sont eux qui affichent tristes mines au coup de sifflet final.

La défaite garde un goût amer, disait-on…

 

Commentaires des coachs :

Julien Gérin, entraîneur du Racing Saint-Gaudinois, à chaud, dépité, peine à trouver ses mots, les maux : « Je n’ai pas grand-chose à dire, pas envie de parler. Je ne peux que déplorer ce manque de confiance, la démotivation générale. On est fragile, tous les problèmes ressortent. Je me pose beaucoup de questions. Y a-t-il un problème d’entraîneur, quand je vois çà…. J’essaie de tirer de chacun le meilleur de lui-même et chacun ne montre que le plus mauvais. On marche à l’envers.»

 

Joris Canton, entraîneur de Albi XIII, content : « C’est un bon résultat, c’est sûr, surtout avant deux semaines de repos. On travaille et on a encore besoin de travailler. Je suis conscient que Saint-Gaudens n’a pas été épargné par les blessures, je leur souhaite bonne chance pour la fin de saison. »