C’est l’histoire de cinq jeunes filles qui rêvaient d’un monde où les mots solidarité, partage, altruisme, générosité, respect seraient inscrits dans le marbre de la Loi. La carbonnaise Angeline Bergue a rencontré ses 4 compagnonnes de route pour l’essentiel toulousaines à l’institut de formation des infirmiers à Narbonne. Des affinités qui se créent et cette envie commune de faire de l’humanitaire qui s’installe comme une évidence pour chacune d’entre elles. Nos cinq futures infirmières devaient effectuer leur stage pré-professionnel de troisième année à Madagascar dans la ville de « Mahajanga » avec cette idée de donner de soi pour aider les populations locales dont certaines en grande précarité. (Lire édition précédente )

Et d’un seul coup, une grande déception

Petite République leur ouvre leurs colonnes :

Bonjour à tous

C’est pour nous une grande déception de vous annoncer cela. La direction de notre école a refusé de nous laisser partir réaliser ce si beau projet à cause du « COVID-19 »

Malgré tous nos efforts et notre avancée, ce projet ne se fera pas dans le cadre de nos études. Nous tenons à vous informer que notre projet humanitaire se réalisera après l’obtention de notre diplôme d’infirmière en raison de la crise sanitaire du « COVID 19 »

Nous partirons pour une durée de 6 semaines au lieu de 9 prévues initialement. Le voyage commencera le 4 septembre et prendra fin le 15 octobre 2021 toujours soutenues par l’association HOPIGO. Nous tenons à vous remercier tous et toutes pour le soutien que vous nous avez apporté durant ces mois de préparation, ainsi que pour tous les dons apportés à ce joli projet.

Nous reviendrons vers vous plus tard afin de vous en dire plus sur le déroulement de notre projet. Nous espérons avoir encore tout votre soutien, qui nous pousse, en plus de notre motivation, à continuer. 

Si vous avez des questions n’hésitez pas à nous solliciter !

En vous remerciant pour tout. 

Misaotra

 

Petite République souhaite une pleine réussite à ce projet humanitaire. Du Volvestre à Madagascar ou du Volvestre au Mali, ce territoire des Volsques a la générosité ancrée dans ses gènes. On ne peut que remercier ces humanistes qui s’engagent et qui portent de l’autre côté du monde le nom de VOLVESTRE ainsi que les valeurs qui s’y attachent.