Le collectif contre l’implantation d’une antenne 5G, organisait ce dimanche 21 février, un rassemblement au lieudit Maillo, site choisi par l’opérateur Orange.

Le collectif créé en octobre 2019 (https://www.petiterepublique.com/2019/10/28/ardiege-vent-debout-contre-lantenne-dorange), maintient la pression envers l’opérateur historique Orange.

« Nous ne sommes pas contre l’implantation d’une telle antenne, mais pas à cet endroit si proche des maisons », martèle de puis toujours Véronique Lescoules, membre actif du collectif.

Beaucoup d’habitants avaient répondu présent avec banderoles et pancartes. On remarquait même des habitants du Juzet de Luchon qui ont également la même problématique.

Des ballons gonflés à l’hélium symbolisaient la hauteur prévue de l’antenne.

Jean-Baptiste Ricaud filmait la manifestation au moyen d’un drone.

Des élus venus avec leur écharpe

Parmi les nombreux élus, bien entendu le maire du village Dominique Berre. Citons également Marie-Laure Pellan, maire d’Encausse les Thermes, village dans lequel une autre antenne est prévue. Murielle Exposito, maire de Cier, Patrick Bistolfi, maire de Pointis de Rivière et Claude Puigdellosas, maire d’Huos étaient également présents.

Serge Larqué, président du Sivom du Haut-Comminges, Alain Puente, président de la Communauté de Communes Haut-Garonnaises et le député Joël Aviragnet avaient eux aussi fait le déplacement.

Un manque de concertation

Ce dernier déplore le manque de concertation entre l’opérateur et les élus. « Je suis venu tout d’abord parce qu’il y a plusieurs implantations prévues sur le Comminges. Je suis conscient de la nécessité pour la population de pouvoir bénéficier d’un réseau de communication fiable. Les pompiers, les agriculteurs doivent pouvoir en profiter. »

Le député prend l’exemple d’Encausse les Thermes, son village où une antenne va être installée en concertation avec le Conseil départemental et la population, ce afin de résoudre le problème de zone blanche. « Dans un endroit où cette antenne ne gênera personne. A côté de cela, une société privée veut installer une seconde antenne de 40m de haut qui desservira plusieurs villages.  Ceci, sans concertation. Et c’est légal. C’est une loi votée par la majorité qui a toujours dit de façon constante qu’il faut dérèglementer. C’est la loi de marché. Avec tout ce que nous vivons actuellement – pandémie, fermetures d’écoles de tribunaux, de perceptions-, on rend les gens fous. C’est à remettre les gilets jaunes dans la rue. »