Tous les chiffres et mesures prises dans le détail

La stratégie nationale de lutte contre l’épidémie repose sur un triptyque «Tester -alerter -protéger». En Haute-Garonne, sous la coordination du préfet et du directeur départemental de l’ARS, l’ensemble des professionnels de santé, des secteurs hospitalier et libéral, le SDIS, ainsi que les associations de protection civile sont pleinement mobilisés.

Au 8 février 2021, pour le département de la Haute-Garonne, sont recensés par l’Agence Régionale de Santé (ARS)

421 (-6) hospitalisations en cours dont 65 (+4) en réanimation

512 personnes décédées (+11)

Chiffres clés population générale

En Haute-Garonne, 54151 tests(PCR + tests antigéniques-TAG) ont été réalisés entre le 31/01 et le 06/02 dont 3 531 positifs (6.52%).

Dépistage dans les établissements scolaires

Depuis le mois de décembre, 31 campagnes de TAG dans les établissements scolaires soit 3 391 TAG sur les personnels et élèves volontaires (1/3 de personnels et 2/3 d’élèves)

-Seulement 0,35 % de résultats positifs.

Obligation de présenter un test PCR négatif pour entrer sur le territoire national et renforcement des contrôles aux frontières dans le cadre des mesures sanitaires

Lutte contre la COVID-19: renforcement des contrôles aux frontières

Pour faire face au virus et limiter l’introduction de ses variants, des mesures de contrôle aux frontières sont temporairement nécessaires, à l’entrée comme à la sortie du territoire métropolitain. Depuis le 31 janvier 20210h,de nouvelles mesures sont applicables. Ainsi à chaque passage, le voyageur doit se conformer à trois réglementations différentes qui se cumulent

:Le régime de circulation: il définit les motifs dérogatoires de déplacement permettant d’accéder au territoire dans le contexte de la fermeture actuelle des frontières. Ces motifs dérogatoires sont aujourd’hui strictement limités aux seuls motifs impérieux;

Les mesures de contrôle sanitaire: tests préalables et/ou à l’arrivée, absence de symptômes, absence de statut de cas contact, période d’isolement de sept jours (septaine), etc.

Les règles habituelles régissant le droit au séjour:  tous les voyageurs étrangers doivent présenter à la frontière un passeport en cours de validité accompagné des documents requis selon leur projet de séjour (en cas de court séjour (moins de 90 jours): justificatifs de ressources et d’hébergement et visa de court séjour si leur nationalité y est soumise; en cas de projet d’installation en France: visa de long séjour; en cas de résidence en France: titre de séjour).

La nature de ces mesures pour un voyageur donné dépend concrètement de plusieurs critères:

Le voyage se fait en entrée ou en sortie du territoire métropolitain;

État de provenance ou de destination: France ou autre État de l’espace européen, autres États tiers dont le Royaume-Uni;

Nationalité ou pays de résidence du voyageur;

Âge du voyageur (plus ou moins de 11 ans).

Nous invitons chaque voyageur à faire le point sur les mesures à respecter en fonction de sa situation (résidant communautaire ou extra-communautaire).

Pour ce faire, rendez-vous sur le site du ministère de l’Intérieur: https://www.interieur.gouv.fr/Actualites/L-actu-du-Ministere/Attestation-de-deplacement-et-de-voyage

Pour l’Andorre

Tout déplacement depuis l’espace européen (Union européenne, Andorre, Islande, Liechtenstein, Monaco, Norvège, Saint-Marin, Saint-Siège et Suisse) vers la France et de France vers l’espace européen reste fortement déconseillé jusqu’à nouvel ordre. La frontière franco-andorrane demeure néanmoins ouverte.

1/ Obligation de présenter un test PCR ou TMA négatif de moins de 72 heures pour accéder au territoire français depuis n’importe quel pays de l’espace européen et donc depuis l’Andorre.Cette mesure s’applique à toutes les frontières, qu’elles soient terrestres, aériennes ou maritimes.

2/ Une dérogation est prévue pour les catégories suivantes (les personnes souhaitant en bénéficier doivent se munir d’un document leur permettant de justifier du motif de leur déplacement):

les résidents des bassins de vie transfrontaliers dans un rayon de 30 km autour de leur domicile pour une durée inférieure à 24 heures;

les professionnels du transport routier dans l’exercice de leur activité;

les travailleurs transfrontaliers.

3/ Une dérogation est également prévue pour les résidents en Andorre qui doivent se rendre dans la Région Occitanie pour des motifs impérieux exclusivement et sur présentation de justificatifs(urgences médicales, RdV à l’hôpital, déplacements étudiants et urgences familiales). Pour les déplacements en Occitanie ne répondant pas à ces critères, la présentation d’un test PCR ou TMA négatif sera exigée conformément aux dispositions présentées sur le site du ministère français de l’Intérieur.

Retrouvez plus d’informations sur : https://ad.ambafrance.org/Situation-sanitaire-en-France-et-tests-PCR

En Haute-Garonne, ces mesures se traduisent par les dispositifs suivants :

Contrôle des transports aériens à l’aéroport de Toulouse-Blagnac à compter du 1erfévrier 2021

En application du décret du 29 octobre 2020 modifié, les personnes de 11 ans ou plus souhaitant se déplacer par transport public aérien à destination du territoire métropolitain depuis un pays étranger présentent à l’embarquement le résultat d’un examen biologique de dépistage virologique réalisé moins de 72 heures avant le vol ne concluant pas à une contamination par la Covid-19. Dans le cadre de contrôles sanitaires aléatoires, ces passagers doivent accepter qu’un test de dépistage puisse être réalisé à leur arrivée sur le territoire national (article 11 du décret du 29 octobre 2020 modifié). En effet, le décret prévoit que tout passager doit présenter une attestation sur l’honneur attestant, s’il est âgé de onze ans ou plus, qu’il accepte qu’un test ou un examen biologique de dépistage virologique de détection du SARS-CoV-2 puisse être réalisé à son arrivée sur le territoire national.

Le dispositif est activé à l’aéroport de Toulouse-Blagnac depuis la semaine dernière grâce aux moyens du SDIS, de la DIDPAF, des associations agréées de sécurité civile, et de l’opérateur (ATB). Le premier contrôle aléatoire a eu lieu samedi 6 février après-midi. Un autre dépistage aléatoire a été mené le mardi 9 février. Ces contrôles sur les vols internationaux vont ainsi se poursuivre de manière aléatoire.

En cas de détection d’un cas positif, la personne devra s’isoler et suivre l’ensemble des recommandations sanitaires habituelles.

Pour mémoire, dispositif en vigueur du mois de juillet 2020 jusqu’à janvier 2021 :

oDe juillet 2020 à janvier 2021, mise en place d’une zone de dépistage à l’aéroport de Toulouse-Blagnac pour tous les passagers des avions en provenance des pays dits «rouges» et ne pouvant justifier d’un examen RT-PCR négatif de moins de 72 heures.

oDispositif activé localement pour les vols en provenance de Turquie puis de Tunisie (3 vols par semaine en moyenne), grâce aux moyens du SDIS, des associations agréées de sécurité civile (ADPC et Croix Rouge), et l’appui de l’opérateur (ATB).

Contrôle des transports terrestres à Melles-Pont-du-Roy

Un dispositif de contrôle a été mis en place au point de passage autorisé de Melles-Pont-du-Roy (frontière espagnole) depuis le 1erfévrier. En cas de défaut de présentation d’un test PCR:

Cas des Français, ressortissants européens, ou ressortissants de pays tiers résidents en France : les personnes sont invitées à faire demi-tour. Si elles refusent et souhaitent tout de même entrer sur le territoire français, elles font l’objet d’une verbalisation,d’un relevé d’identité et d’une consigne de mise en isolement volontaire.

Cas de ressortissants européens et de pays tiers non résidents en France: mesure de non-admission.A noter que le point de passage vers l’Espagne du Col du Portillon est fermé aux véhicules et aux piétons par arrêté préfectoral du 5 janvier

Apparition de variants

Compte-tenu de la progression de la diffusion des variants dits « britannique », « sud-africain » et « brésilien » sur le territoire, la Direction générale de la Santé a annoncé la mise en œuvre de mesures complémentaires.

Le traçage: Tous les tests (antigéniques ou PCR) qui donnent lieu à un résultat positif doivent désormais faire l’objet d’un test RT-PCR de criblage, réalisé dans un délai de 36 heures maximum. Ce test virologique permet le séquençage qui détermine s’il s’agit d’une contamination par un variant et qui identifie lequel. Les personnes doivent alors procéder immédiatement à l’information de leurs contacts. Ceux-ci doivent renforcer l’application des mesures barrières, télétravailler dès lors que cela est possible, réduire leurs contacts sociaux durant 7 jours et réaliser un test dès le premier symptôme. Ils reçoivent un SMS ou un courriel les orientant sur la page du site de l’Assurance maladie qui leur est dédiée et qui intègre des consignes spécifiques. Les contacts des personnes porteuses d’un variant dit « sud-africain » ou « brésilien » doivent se faire tester le jour-même. En cas de résultat positif au test PCR, un test RT-PCR doit être réalisé pour identifier le variant, et ces contacts doivent démarrer sans délai les opérations de contact-tracing. En cas de test négatif, il convient de respecter la période de quarantaine de 10 jours depuis le dernier contact à risque et réaliser un test RT-PCR à l’issue de cette période

.L’isolement: La priorité demeure l’isolement sans délai. Durant cette quarantaine, des visites d’infirmières libérales sont proposées au domicile, ainsi qu’une solution d’hébergement en cas de besoin. Les personnes porteuses d’un variant doivent être informées du risque de contagiosité accrue et de l’importance d’un respect particulièrement strict de l’isolement et des gestes barrières. Elles font l’objet d’un suivi renforcé. La durée d’isolement des malades atteints par les variants dits « sud-africain » et « brésilien » passe de 7 à 10 jours. Du fait de la forte contagiosité de ces deux variants, un test de sortie d’isolement doit être systématiquement réalisé lors de la visite de l’infirmière : après 10 jours et en l’absence de fièvre depuis plus de 48 heures, la levée de l’isolement est conditionnée à l’obtention d’un résultat négatif. Si le test est positif, l’isolement est prolongé de 7 jours.

Le protocole sanitaire est renforcé dans les écoles: La fermeture d’une classe est automatiquement prononcée lorsqu’un enfant ou un professeur est testé positif aux variants dits « sud-africain » et « brésilien », ou bien si un enfant est cas-contact d’un parent ou d’un membre de la fratrie contaminé par un de ces mêmes variants. Tous les élèves etles professeurs doivent alors se faire tester