Brigitte Ségard Maire de Soueich et Maxime Rainaud premier adjoint s’étonnent d’apprendre que l’antenne promue par l’ITAS (spécialisée dans la conception et la mise en œuvre et la recherche de sites d’antennes) qu’ils avaient refusée à Soueich se retrouverait déplacée à Encausse, une véritable tour Eiffel de plus de quarante mètre de haut. L’étonnement des élus de Soueich se confirme en découvrant qu’un arrêté municipal d’Encausse précise bien que cette antenne est prévue pour couvrir la commune de Soueich. L’étonnement frôle l’agacement sachant que ce qui motiverait cette installation serait de couvrir l’accès à Internet des portables, alors qu’à Soueich le besoin n’existe pas.

La municipalité de Soueich a refusé l’implantation de la fameuse antenne parce que l’entreprise ITAS refusait que celle-ci soit placée à côté des autres, actuellement situées à côté du stade. Les deux antennes actuelles sont placées sur un terrain qu’elles louent à la commune. ITAS a prospecté l’achat de parcelle pour édifier cette antenne. Dans la rencontre d’ITAS avec la Maire de Soueich, Brigitte Ségard : « Nous sommes en RNU (Règlement National d’Urbanisme). Nous n’avons pas de PLU. C’est l’état qui donne le permis de construire, par l’intermède de la Direction Départementale des territoires à Saint-Gaudens, vous serez obligé de passer par un permis de construire, mais nous ne sommes pas d’accord pour avoir une antenne de quarante mètres sur la commune »,  d’où le déplacement du projet d’implantation à Encausse.

La parabole du cheval de Troie surgit à l’esprit comme une évidence, considérant qu’il s’agit en l’occurrence du déploiement d’une entreprise privée masquée qui s’est avérée être au final SFR, soit la 4G fixe, la connexion au débit pour l’accès à Internet par téléphone: « A Soueich, nous  n’avons pas de problème de réseau Internet sur nos téléphones».

La commune de Soueich ne figurerait pas dans le décret 4G fixe publié au Journal Officiel le 03012812 –  2019 texte 155 page 450, elle n’est pas non plus en zone blanche.

La démarche coïncide avantageusement avec la volonté de l’offre d’Orange qui a une mission de service public dans le déploiement de la téléphonie mobile avec l’argument de couvrir les zones blanches, soit en l’occurrence dans la démarche de ITAS le glissement commode du brouillard juridique et institutionnel au brouillard électromagnétique global, avec un nouvel opérateur privé SFR.

La démarche commerciale offensive de la société ITAS.

Par essence, l’éthique se résume à l’efficacité des résultats. Elle se rencontre sur le terrain par des offres d’achat de surfaces nécessaires à l’implantation des antennes à des prix extrêmement attractifs comparé au prix du marché du terrain agricole. Les territoires seraient- ils l’objet d’une volonté de main mise du privé en vue de récupérer un marché dans cette action commerciale virulente en surfant sur la loi ? Considérant les contraintes sanitaires, ils seraient dispensés d’informer la population? En termes de rayonnement, une antenne de quarante mètres de hauteur diffuse bien au-delà des communes de Soueich et d’Encausse.