Reçu à la rédaction de la Petite République :

Daniel Gauchon : « Depuis quelques jours, l’ancien maire de Trébons de Luchon, Pierre  & Jacky Jaussely et son épouse, âgés de plus de 80 ans, qui habitent dans le haut du village, ne peuvent plus sortir de leur domicile car le chemin communal qui permet d’accéder à leur maison est devenu impraticable du fait de la neige et du verglas. Le maire actuel refuse de faire procéder aux opérations de déneigement.

Le maire actuel refuse de faire procéder aux opérations de déneigement alors qu’il s’agit pourtant d’une obligation légale qui lui incombe. Ce chemin en forte pente, long d’une cinquantaine de mètres, est la seule voie communale qui pose problème et qui nécessite une intervention pour assurer la sûreté et la commodité de passage car toutes les autres maisons ont un accès direct sur la route départementale qui est régulièrement déneigée. Face à cette situation, le Maire s’est borné à faire mettre du sel à disposition des habitants devant la mairie.» 

Guillaume Caussette Maire de la commune de Trébons : « Ce n’est pas la première fois, que l’ancien Maire et ses amis, me mettent au pilori de leurs critiques, sur l’état de propreté du village ou sur le non déneigement. Je reste au service de mes concitoyens. Combien de fois ai-je déneiger les rues, le parking, avant même d’être élu Maire. Mais aujourd’hui je ne peux pas engager des dépenses communales pour déneiger une partie privative de plus de 50m et très pentue, c’est compliqué. Monsieur Daniel Gauchon, ne réside pas sur la commune de Trébons et passe que quelques semaines l’été, dans sa résidence secondaire des Pyrénées.” 

Arlette Mounic 1ière adjointe : « Avant, les gens s’entraidaient pour déneiger, aujourd’hui, nous sommes moins de 10 habitants résidents à l’année, et tous d’un certain âge, c’est dommage, mais c’est comme ça. ! »

  • Bien sûr, nous dévoilons là, le mal relationnel de note société, qui engendre des querelles de personnes. Parfois s’élevant sur le terreau de la politique ou plutôt des combats électoraux. Dans nos contrées, si paisibles, où seul devrait compter le partage du patrimoine ancestral et de cette nature encore préservée.  L’égoïsme sournois, nait vraisemblablement de nos turpitudes de vie, boulot stressant, rentabilité, optimisation de nos actions. Est encore plus apparent, dans nos petits villages. Mais l’incompréhension est grande.

Cathy Jaussely : “j’ai 80 ans, et mon mari 83, il nous est difficile de procéder seuls au déneigement, le chemin est communal, très pentu, et impraticable dès qu’il neige”.

Pierre-Olivier un jeune parent, qui n’a pas eu le temps de déneiger, repart dans la journée. Il trouve que l’immobilisme du Maire est préjudiciable à la bonne entente.  Pierre-Olivier vient séjourné dans le village, parce qu’il y est attaché depuis sa jeune enfance. Ayant fait des études juridiques, il sait que le Maire applique le droit, le chemin dessert uniquement les deux dernières maisons qui appartiennent à  sa famille.

  • Nous avons pu constater en allant sur place, que le chemin en question est très pentu, difficilement praticable, même par temps sec et beau. Des cas comme celui-ci sont pléthores dans ces contrées montagneuses. Une action de déneigement seule ne suffira pas à calmer les esprits, de plus la météo des jours avenirs ne semble pas clémente. Dans tous les cas il faut que chacun “y mette du sien” pour apaiser les tentions et rajouter de part et d’autre une petite dose d’empathie. Devons nous renouer avec les “corvées” d’entretiens, ou créer des associations de Service Public..etc