Ludwig vit, pense et respire au milieu de ses oiseaux plus particulièrement des rapaces. Fauconnier il intervient à la demande de sociétés, entreprises, municipalités et particuliers pour effaroucher des espèces qui viennent en nombre, dégrader des installations et perturber l’éco-système. Il a bourlingué un peu partout en Europe, Russie et même en Asie. 40 ans qu’il parle à ses rapaces! S’il ne murmure pas à leur oreille, il se dit coach et non pas maître! “Eux ils volent, moi pas, je ne peux pas les contraindre. La punition est exclue! Si l’oiseau est réprimandé, il ne revient pas.” C’est pour cela qu’il faut établir dès le départ, un climat de confiance et faire preuve de grande patience.

Ludwig est content de ses protégés et le contrat est rempli en Comminges! Après 6 jours de travail en continu ses faucons gerfaut et buses de Harris ( croisement buse/aigle) ont réussi à contraindre des vols de goélands à se détourner de leur lieu habituel de villégiature pour partir sous d’autres cieux. Tous les soirs, à la tombée de la nuit, son équipe d’effaroucheurs prend en chasse les vols d’oiseaux et attaquent sans chercher à tuer. Ces actes répétés de dissuasion vont se révéler payants.

Un entraînement basé sur la patience

Que de travail pour en arriver là! Un jeune rapace n’est opérationnel qu’au bout de 5 ans à l’issue d’un travail quotidien et répétitif. Tel un drone guidé par son utilisateur, Ludwig guide par sa gestuelle, quasiment tous les déplacements de l’oiseau qui grâce à sa vue perçante ne manque rien. Au cours de son adolescence, celui-ci se permet systématiquement “une fugue” mais le coach le suit grâce à une puce implantée dans son corps.

Le lendemain matin, le coach a suivi son protégé et va le retrouver avec joie car les bruits de la nuit auxquels il n’est pas habitué, peuvent l’avoir passablement effrayé. La véritable crainte du fauconnier c’est le jour où après de longs entraînements l’oiseau tenu en laisse avec un long fil, est libéré de son entrave. Le rapace va t-il alors réagir aux ordres de son coach? Ce n’arrive pratiquement pas si le boulot a été bien fait.

Ludwig intervenait encore, il y a peu de temps pour le compte des aéroports mais cela s’est raréfié avec les nombreuses mesures de sécurité prises autour du terrorisme. Il répète que ses faucons ne sont pas là pour éradiquer une espèce. Les milliers de moineaux, étourneaux concentrés autour d’un site sont utiles pour gérer insectes et moustiques. Il faut donc réguler l’espèce et éviter la surpopulation. Ludwig est un passionné et la seule personne qui pourrait contester gentiment cette passion, c’est sa femme car dit-elle, il est plus souvent avec ses oiseaux qu’avec moi! Précisons toutefois que celle-ci l’accompagne dans ses nombreux périples. Après une mission en Corse puis en Comminges, un retour au bercail pour Noël sera le bienvenu.