Jean-Luc Lacoste, directeur de l’Ehpad de l’Hermitage, pousse un coup de gueule à propos  du traitement différent selon la catégorie de personnels de ce type d’établissements.

Ce texte a été diffusé sur les réseaux sociaux et écrit par le directeur de l’Hermitage. Ainsi, après avoir obtenu son assentiment, Petite République a souhaité le  faire paraître.

Un Ehpad : une équipe soudée

 « Cela faisait longtemps que je n’avais pas eu envie d’écrire quelques lignes de révolte…

Enfin, longtemps, ça veut dire exactement un confinement ! Va falloir s’habituer à compter comme ça, le confinement devient une nouvelle mesure du temps !

En mars, je ne comprenais pas, la démarche de grands comme Total qui oubliaient les Ehpad. Erreur rectifiée, merci.

Mais là, je pense que l’on atteint le fond de l’ « inentendable », on n’oublie plus d’établissements. On cherche juste à diviser les équipes, à imaginer que certains sont indispensables et pas d’autres !

Ce n’est ni « entendable », ni supportable.

Un Ehpad, un hôpital, un établissement médico-social, ce ne sont pas que des murs, ce sont des gens et des mots qui les font tenir ensemble.

J’ai, au sein de l’Ehpad que je dirige, une équipe d’infirmiers, d’aides-soignants, de médecin, qui œuvrent tous les jours avec une formidable abnégation. Merci à eux !

Pourtant, et je suis sûr qu’ils seront d’accord avec moi, je veux souligner qu’ils ne sont pas les seuls à apporter un soin au premier sens du terme. Il y aussi des ASH, des agents techniques, des secrétaires, des animateurs, des psychologues, des cuisiniers, des AMP, des AES, des éducateurs sportifs, des cadres intermédiaires, des salariés non diplômés, qui fournissent un travail, oh combien impliqué et de qualité, Merci à eux !

Pour tout vous dire, je pense même et je le sais, que dans d’autres établissements, il existe d’excellents directrices et directeurs !

Ne pas créer de scissions au sein de l’équipe

Alors, si pour une fois, on pouvait arrêter cette scission et considérer tous les  intervenants comme essentiels. Parce que oui, ils le sont.

Je ne supporte plus de voir des donateurs, sous couvert de générosité, me répondre ” non monsieur, c’est réservé aux soignants ”. C’est encore ce que j’ai entendu hier de la part des ASF quand à la gratuité des autoroutes.

Lorsque le Ségur de la santé s’appliquera enfin à tous les établissements, j’espère, Monsieur le Ministre, qu’il n’y aura pas d’oubliés dans le public comme le privé, n’est-ce pas ?

Un geste technique, mais une relation humaine

Nous avons choisi de travailler auprès de personnes vulnérables et quel que soit notre profession et la place à laquelle nous l’exerçons, nous apportons tous un soin. Dans la relation humaine, le soin ne saurait se résumer à un geste technique. D’ailleurs, nos médicaux et paramédicaux sont bons parce qu’ils apportent bien plus qu’un soin technique !

Dans cette période difficile où la tension est à son paroxysme, il serait tellement agréable que les pouvoirs publics, les grands donateurs cessent de mettre en exergue nos différences pour nous diviser, alors qu’elles nous permettent de nous compléter et de nous faire grandir !

Mesdames et Messieurs les dirigeants, si vous voulez vous sortir les mains des poches pour applaudir, ou pourquoi pas pour un peu plus, faites le pour TOUS ! Merci.

Moi, je continue à y croire…

Et là, j’y retourne car il y a des résidents et une formidable équipe pluri professionnelle qui m’attendent et c’est bien ça qui compte. »