Suite aux annonces du Président de la République mercredi soir, les différences instances, les différentes fédérations relayées par les municipalités ont été contraintes de suspendre toute activité sportive et de fermer leurs infrastructures.

«  Le Tennis Club de Saint-Gaudens est dans l’obligation de fermer ses installations et ce jusqu’à nouvel ordre, déplore Marion Chave, l’éducatrice bienveillante du club. Toutes les compétitions, les entraînements, les cours réservés aux adultes, l’activité école de tennis sont interrompus. Ce n’est pourtant pas l’espace qui manque sur les courts !» La jeune femme dissimule à peine sa colère. Elle est aujourd’hui, comme tout le monde,  contrainte à résidence, encline à réserver son temps aux tâches administratives.

« Tout s’est arrêté. Et il n’y  aura aucune activité liée au hand possible avant la fin du confinement, explique Sylvie Perpignan, la vice-présidente du CHB. Reprendra-t-on en décembre ou en janvier ? Cela dépendra…. La fédération a annoncé qu’elle s’apprêtait à réorganiser les championnats, dans toutes les catégories d’âge, des moins de 11 ans aux seniors. Les entraînements sont suspendus. Chacun organise dorénavant sa propre préparation : muscu, jogging ou jeu vidéo… »

« Suite aux décisions gouvernementales, la mairie a fermé le gymnase, se désole Annie Périssé, la présidente du SGBC. Le basket ne reprendra qu’en janvier pour les catégories seniors. On ne sait pas si les compétitions pourront reprendre dès la fin du confinement, en décembre pour les catégories plus jeunes. »

La fédération française de rugby à XIII a laissé le championnat de France élite 1 débuter. Seule l’élite, apparentée au sport de  haut niveau est autorisée à jouer à huis clos. Championnats nationaux et fédéraux ont eux aussi été suspendus. « C’est une catastrophe, décline Alain Lagèze, le président du club saint-gaudinois. Personne ne va s’en sortir, j’en ai bien peur. » Couvre-feu, entraînements collectifs désormais impossibles, vestiaires fermées, douches impossibles, saison avortée, recettes manquantes, la situation est telle qu’elle génère beaucoup de frustration. Jean Yvon Masse, le président d’Aspet XIII craint devoir mettre la clé sous la porte. « On ne sait rien, se lamente-t-il. On attend. Si le championnat peut repartir début janvier avec un nouveau calendrier, la coupe pourrait être annulée… »

« Comme toutes les associations ont dû le faire, on a aussi fermé notre club de tir, explique Sébastien Pons, porte parole du club de tir saint-gaudinois. Depuis la proclamation du couvre-feu, un arrêté préfectoral interdit les regroupements publics. La mairie nous a envoyé un message. Seuls les sportifs de haut niveau et les professionnels sont autorisés à pratiquer. Ce n’est pas notre cas. Quatre semaines de confinement minimum ! Le championnat régional de tir prévu à Lavelanet fin novembre est annulé. On attend désormais patiemment la réouverture. D’abord la santé, n’est-ce pas ? »