C’est à 15 heures ce 18 octobre 2020 que les citoyens et les forces vives du territoire du Volvestre se sont réunis devant le collège André Abbal pour un moment de recueillement à la mémoire de Samuel Paty; pour cet homme qui a été sauvagement assassiné pour avoir tout simplement fait avec conscience son métier d’enseignant en défendant les valeurs de la République, la liberté d’expression et la laïcité.

Ce sont une centaine de personnes qui par le bouche à oreille se sont regroupées devant l’entrée du collège. Il y avait une foule d’anonymes, des enseignants, des élèves et une grosse délégation d’élus du Volvestre qui, porteurs de leur écharpe bleu blanc rouge, symbolisaient la défense des valeurs de la République et le triptyque Liberté Egalité Fraternité. On ne citera que Denis Turrel maire de Carbonne et président de la communauté de communes, Maryse Vezat maire de Rieux et première vice présidente du conseil départemental, Patrick Lefebvre maire de Saint Julien et président départemental des maires ruraux de France, Marie Caroline Tempesta conseillère régionale, Gérard Roujas président du pays sud toulousain et Frédéric Bienvenu maire de Montesquieu Volvestre.

Une cérémonie sans un protocole vraiment établi qui a commencé par une minute de silence demandée par Denis Turrel. L’occasion de se rappeler que le combat n’est jamais fini contre ce fléau de l’obscurantisme et que la laïcité doit être la garante d’un vivre ensemble où les mots Liberté Egalité Fraternité ne peuvent pas rester que des mots. On ne négocie pas la République, on l’adopte et on la défend.

Le rituel s’est poursuivi par une salve applaudissements rendant hommage à Samuel Paty. Une communion des participants pour cet héros ordinaire de la République qui n’a pas voulu se taire quand d’autres l’ont fait. Une communion de tout un territoire où l’émotion était palpable.

Le professeur de français Marc Maurel, visiblement ému, a pris la parole au nom de ses collègues qui s’étaient regroupés autour de lui. Il remerciait tous les participants de s’être déplacés en précisant que nous étions tous concernés, parents, élus, enseignants et surtout les jeunes.  (extrait) «Nous devons leur faire entendre une autre voie et mettre en avant le libre arbitre.. Hier mon fils m’a dit dis Papa tu vas moins parlé maintenant et je lui ai répondu que bien sur que non… Défendons la liberté, l’égalité, la fraternité et peut être devrait on rajouter la laïcité. »

Marc Maurel passait ensuite la parole à Denis Turrel qui avec beaucoup de retenue, de pudeur et d’humilité ne la prit pas proposant simplement de chanter la marseillaise, symbole de notre République, d’une seule voix. (voir vidéo ci dessous)

Dans ce rassemblement, il y avait de la gravité, de la colère parfois, des interrogations assurément. Il va falloir trouver des réponses à cette question du fondamentalisme dont n’a peut être pas assez pris la mesure depuis trop d’années en faisant toutefois très attention aux amalgames nauséabonds. La Nation devra assurément se montrer unie et les politiques auraient tout intérêt à ne faire aucune récupération.

 

Une Marseillaise à l’unisson pour la mémoire de Samuel Paty :