L’ensemble vocal Florentina à Milhas

La commune a accueilli l’ensemble vocal Renaissance Florentina ce samedi 10 octobre. Ce fut un moment d’exception culturelle dans le climat social lié au Covid et l’exercice du pouvoir encore possible par les maires dans les quelques prérogatives qui leur restent de décider ou non de l’autorisation d’un spectacle. Dans ce sens, Marie-Denise Simon qui assure la direction musicale du chœur a tenu à remercier tout particulièrement la municipalité pour avoir permis que se déroule ce spectacle en l’église de Milhas ouverte pour cette occasion. Tant de formations, tant de musiciens continuent de préparer des concerts, des spectacles pour une diffusion incertaine ou éventuellement probable depuis le début du confinement.

Ce fut donc avec une émotion perceptible que Florentina a déroulé sa prestation après tant de répétitions et ces mois d’attente.  Le chœur a emporté l’adhésion du public dès le premier morceau. Les pièces interprétées sont puisées dans les répertoires de la fin du Moyen-âge et de la Renaissance.

Il y a une volonté assumée de vouloir nous transporter dans l’imaginaire de ces temps anciens par la mise en représentation costumée de l’époque par les choristes, un exercice délicat au plan de la rigueur historique, bien réussie au plan des couleurs. Il est vrai que dans le contexte de la médiocrité esthétique majoritaire de l’habit commun d’aujourd’hui, la lumière captée dans la profusion chatoyante des couleurs de ces costumes donnent à l’expression des visages une transfiguration souriante dans l’expression du chant.

Marie Denise renseigne avec justesse au cours du concert sur les œuvres et leurs maitres. Elle évoque avec une conviction perceptible le désir de partage, celui de révéler la beauté de ces musiques, leur finesse d’élaboration, la profondeur d’évocation, quelle soient issues du registre mystique ou profane. Les raisons de leur choix se retrouvent dans le label de l’association Choraltitude qui promeut cet engagement d’élégance musicale.

Si la qualité du travail et de l’expression des choristes a conquis le public, les prestations vocales de Marie-Denise en solo portées par le jeu lumineux de la harpe furent de vrais instants de transcendance, tellement le chant était investit au point de l’oubli de la technique vocale pour ne retenir que l’émotion de l’expression. Le jeu de la harpe ponctue magnifiquement la respiration du chant des choristes au long du concert tel un liant de l’édification musicale. Une intrusion de la vielle à roue sur quelques morceaux était comme un rappel que cet instrument populaire à l’époque, était également un instrument de mendiant à la Renaissance, mais les passerelles entre musiques savantes et musiques populaires n’ont jamais cessé depuis les oublis de l’histoire. Il faudra attendre l’époque baroque pour qu’elle reprenne des titres de noblesse avec la musette de cours pour être reléguée à nouveau dans les campagnes après la Révolution. La harpe est demeurée à la fois un instrument de musiques savantes et populaires, épargnée des vicissitudes de l’histoire et la décapitation culturelle de 1789.

Ces moments de songes d’autrefois partagés ce soir là avec Florentina nous a fait oublier un moment la morosité automnale et policée de cette fin d’année.