Communiqué de presse d’Elisabeth Toutut-Picard députée 7eme circonscription de la Haute Garonne

Le mardi 8 septembre, j’ai eu l’honneur d’être élue par mes collègues députés Présidente de la Commission d’enquête sur les politiques publiques de santé environnementale.

Dans mes fonctions précédentes de directrice d’hôpital et d’élue locale chargée du développement durable, comme dans mes missions actuelles de députée investie sur les sujets de santé environnementale, j’ai pu constater les limites et carences de notre système de prévention sanitaire.

La pandémie de la Covid est venue me renforcer dans l’idée qu’il est urgent de mieux identifier, pour les prévenir, les interactions entre un environnement dégradé et les problématiques sanitaires notamment les pathologies chroniques non transmissibles.

Les questionnements sur ces sujets sont en effet fort nombreux, qu’il s’agisse des impacts du réchauffement climatique sur la santé, des diverses pollutions dont celles de l’air, des expositions aux produits chimiques tels que les perturbateurs endocriniens, les pesticides et les per fluorés, et enfin des risques émergents comme les effets potentiels des nano particules et des radiations.

La Santé Environnementale doit devenir une priorité de politique publique, comme nous y invite d’ailleurs la Constitution de l’OMS.

C’est pourquoi j’accueille avec beaucoup de satisfaction la mise en place d’une Commission d’enquête que je n’ai cessé d’appeler de mes vœux depuis de longs mois.

Le 8 septembre, lors de la réunion constitutive de la Commission et de mon élection comme présidente, j’ai proposé à la rapporteure et à mes collègues députés membres de la Commission, d’auditionner les acteurs principaux de la santé environnementale afin de dresser le bilan de la politique nationale, de sa gouvernance et de juger de l’efficacité des organisations actuelles.

Ces auditions permettront en particulier d’évaluer les moyens humains et financiers mis à disposition.

La Commission devra in fine, d’ici la mi-décembre, aboutir à des recommandations au gouvernement dans le but d’améliorer le management national et territorial de cette politique publique pour la rendre plus efficiente, mais aussi plus proche des besoins de la population.

Mais pour être durable et performante, cette approche Santé Environnementale devra tenir compte de l’ensemble du vivant avec lequel les humains sont en interaction : animaux, faune, flore, microorganismes. L’avenir de notre santé dépendra en effet de notre capacité à réparer les écosystèmes dégradés par nos activités et à prendre conscience de la place à la fois relative et déterminante que nous occupons sur cette planète.

One world, one health! (Une planète, une santé ! : approche multi sectorielle de l’OMS)

Les auditions se tiendront, à minima, chaque mercredi de 14h à 18h et seront disponibles en direct et replay sur le site de l’Assemblée nationale.

À propos d’Élisabeth Toutut-Picard

Élisabeth Toutut-Picard a eu une carrière de directrice d’hôpital, à Paris, Narbonne et Toulouse (notamment à l’Hôpital des Enfants et à l’Hôpital Paule de Viguier). Psychosociologue, diplômée de Sciences Politiques et d’un Master en Développement durable de l’Université de Paris Dauphine, elle a mis en place les premières démarches de développement durable et de responsabilité sociale et environnementale au CHU de Toulouse. Elle a été adjointe au maire de Toulouse en charge de l’environnement et conseillère métropolitaine de Toulouse Métropole , présidente de la Commission Développement Durable et Énergies .

Actuellement députée membre de la Commission DDAT où elle porte les questions de santé environnementale, elle a été auparavant membre de la Commission des Affaires Sociales où elle a présidé en 2017 la Mission Commune sur les alternatives aux phytopharmaceutiques.