Arrivé en 2007 à Saint Plancard avec son épouse, le parisien Hervé Boisson rêvait d’y ouvrir un studio d’enregistrement.

Treize ans après, c’est chose faite. LP, pour La Prade (lieu-dit de son habitation), est né. Ingénieur du son de formation, Hervé exerçait à Paris.

Hervé habite et travaille dans une ancienne conserverie qu’il a réaménagée. Endroit atypique et bucolique à deux pas de cette belle rivière qu’est la Save.

En cette fin d’après-midi de dimanche de Pentecôte, Hervé sort d’un après-midi d’enregistrement avec Laura Barrière, bien connue en Comminges. Présent également, Yves Branger, le découvreur de Laura, son mentor.

« C’est un studio numérique et analogique », confie-t-il. « J’enregistre sur des SSD, sans mécanique, plus fiables, plus rapides aussi. La console est une 32 voies. » Il ne manque rien à ce studio professionnel. « Cinq jours d’enregistrement ont été nécessaires pour mettre en boîte les sept titres de Laura. J’ai bien aimé travaillé avec elle. D’ailleurs, j’aime travailler avec des artistes dont c’est une première. » Laura a enregistré sur une bande son.

Pour l’avenir, j’ai déjà de contacts notamment avec un groupe de rock parisien qui doit venir en résidence. » Contact : 06 29 07 43 39.

« C’est Alain Krstenik qui a présenté Laura à Hervé », indique Yves Branger. « L’enregistrement a débuté avant le confinement. L’album devait sortir en mai, il sortira en juillet à 200 exemplaires, après qu’Hervé ait réalisé le mixage. Son titre d’Hier à aujourd’hui. Quelques titres : Armstrong, Paname, la différence, il venait d’avoir 18 ans, la chanson du Titanic, une de Queen, une autre plus récente de Vianney et Gims, la même. Cette dernière pour montrer que Laura peut chanter autre chose que des airs anciens, une façon à elle de rallier tous les publics. »

« Jamais je n’aurais imaginé enregistrer un album.  Hervé m’a très vite mise à l’aise.», confie toute excitée Laura. Après la dernière séance en studio, elle décompresse. » Quel cadeau pour mes 30 ans (le 21 mai NDLR) ! J’ai toujours chanté, mais dans ma salle de bains. Au mieux, je pensais intégrer un orchestre, pour l’animation des bals. Et puis Yves m’a vue chanter le 17 juillet 2017 lors d’un repas communal à Ponlat-Taillebourg. La suite, vous la connaissez.

Maintenant, j’ai hâte de retrouver mon public, partager un moment de bonheur avec lui. Malheureusement avec la pandémie, plusieurs concerts ont été annulés. Peut-être en septembre, octobre, on verra. Je tiens à remercier Sébastien Vouters du Super U de Gourdan pour son soutien. Le lancement du CD se fera dans son magasin. »