Afin de prévenir les risques sanitaires liés à une consommation excessive ou à un mésusage de spécialités pharmaceutiques contenant de la nicotine, un arrêté paru au Journal officiel le 24 avril 2020 limite leur délivrance en pharmacie et en interdit la vente sur internet jusqu’au 11 mai 2020.

Suite à la médiatisation d’une éventuelle action protectrice de la nicotine contre le Covid-19, il a été décidé, à titre de précaution, de limiter temporairement la délivrance des substituts nicotiniques en pharmacie et d’en suspendre la vente sur internet.

Cet arrêté a été pris afin d’éviter les risques sanitaires liés à une consommation excessive ou à un mésusage de ces produits, et de garantir leur disponibilité pour les patients traités pour une dépendance tabagique.

Ainsi, jusqu’au 11 mai 2020, les pharmaciens ne délivreront que le nombre de boîtes nécessaires pour un traitement de la dépendance tabagique d’un mois renouvelable. Le nombre de boîtes dispensées sera inscrit au dossier pharmaceutique, que le patient ait ou non présenté une ordonnance médicale.

La vente sur internet de tous les substituts nicotiniques est suspendue pour la même période.

À cette occasion, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) rappelle les règles de bon usage ainsi que les risques liés à ces médicaments, leur accès devant être réservé aux personnes qui en ont besoin dans le cadre d’un sevrage tabagique.

Présentés sous la forme de patchs, de pastilles ou de gommes à mâcher, ces médicaments à base de nicotine, comme tous médicaments, ont des effets indésirables d’autant plus graves lorsqu’ils sont pris par des non-fumeurs. Ils peuvent également entraîner une dépendance.

Les substituts nicotiniques ne doivent donc pas être pris pour prévenir ou traiter une infection par le Coronavirus.

Source : Service Public