C’est par une conférence de presse commune le 7 février entre les responsables de la gendarmerie, de la police, du Préfet et du Procureur de la République qu’un point a été effectué sur les différentes contraventions ou délits constatés dans la Haute Garonne depuis le début du confinement.

Le travail des forces de l’ordre a considérablement changé depuis le début de la pandémie avec une modification des charges de travail. Si toute une partie des formes de délinquance a considérablement baissé, d’autres à l’inverse sont en nette augmentation.

9400 contraventions en Haute-Garonne

En zone gendarmerie, ce sont 4400 contraventions qui ont été dressées pour non respect du confinement et 5000 en zone police. Un traitement particulier pour les 11 récidivistes qui ont été verbalisés au moins 4 fois puisqu’il y a eu, comme le prévoit la Loi, interpellation, les faits devenant un délit. Certains d’entre eux pour le moins récalcitrant ont été pris en flagrant délit jusqu’à 6 fois. Ces délinquants ont été présentés au tribunal pou y être jugé. Le général de gendarmerie a précisé que le nombre de contraventions dressées par jour avait baissé passant de 400 il y a 2 semaines à 150 aujourd’hui. Des chiffres qui tentent à montrer que le confinement est de mieux en mieux respecté comme l’a précisé le Préfet.

Moins d’accidents mais des violences conjugales en forte hausse

Le DDSP indique qu’en zone police les appels au 17 ont augmenté de 20 %. Ce sont les violences intra-familiales qui préoccupent le plus, le confinement ayant favorisé ce type délinquance. Les appels ne se traduisent pas toujours par des dépôts de plainte car les victimes ne font pas toujours cette démarche essentielle au grand regret des services de police. Hausse des appels mais baisse des plaintes est la conclusion.

La gendarmerie a constaté une baisse de 3 % de ses interventions depuis le confinement avec une particularité pour les accidents de la circulation en baisse de 70 %. Les conflits de voisinage ont à l’inverse augmenté de 150 %. Comme en zone police ce sont les violences intra-familiales qui préoccupent le plus.

Depuis le 17 mars, 38 personnes ont été placées en garde à vue pour des violences familiales. 24 ont eu une réponse judiciaire et les autres dossiers sont en cours d’instruction car aucune de ces affaires n’est classée.

Dans l’ensemble du département, les atteintes aux biens et aux personnes sont en baisse, notamment les cambriolages, selon le préfet.

Des idées reçues et des fakes news

Si tout le monde s’accorde à dire que le confinement est plus difficile dans l’habitat collectif, le responsable de la police a tenu à préciser qu’à contrôle équivalent le nombre de contraventions dressées n’a pas été plus important dans les quartiers dits « de la politique de la ville »

Malgré l’interpellation de dealers et guetteurs , le trafic de drogue est en baisse et ce type d’enquête se poursuit comme à l’accoutumé. Enfin d’une manière générale le confinement des commerces est bien respecté.