La Région Occitanie lance une expérimentation pour accompagner les agriculteurs dans la transition agroécologique (communiqué)

Pour répondre à l’urgence climatique, aux attentes fortes des citoyens et aux mutations des modes de consommation, la Région Occitanie a décidé de mettre le cap vers une agriculture durable. Les élus régionaux réunis aujourd’hui en assemblée plénière ont adopté, sur proposition de la présidente Carole Delga, une nouvelle stratégie pour accompagner la transition du modèle agricole régional. Cette feuille de route ambitieuse s’accompagne d’une mesure concrète à expérimenter dès cette année : les contrats d’agriculture durable.

C’était une des priorités du Pacte régional pour une alimentation durable adopté fin 2018 à l’issue d’une large consultation citoyenne. Avec ce Pacte, la Région a souhaité donner une nouvelle direction à l’agriculture régionale afin de répondre aux attentes des citoyens qui appellent à une évolution des pratiques agricoles prenant mieux en compte les enjeux environnementaux. 96 % des participants à la consultation ont en effet déclaré qu’avoir une alimentation respectueuse de l’environnement est très important pour eux.

« A l’heure de l’urgence climatique, nous devons aller plus loin pour accompagner nos agriculteurs dans la transition vers un nouveau modèle agricole durable et juste pour tous, qui leur permette de vivre de leur activité, qui préserve la santé et l’environnement et crée des emplois. Les consommateurs formulent de nouvelles exigences, sensibles au respect de l’environnement, au bien-être animal tout comme au respect de la dignité des agriculteurs. Le rôle de la Région, c’est d’être à leurs côtés pour accompagner les mutations nécessaires de la filière agro-alimentaire, pour à la fois mieux produire et mieux consommer. Notre nouvelle stratégie régionale autour de contrats d’agriculture durable leur proposera un accompagnement complet et sur-mesure, permettra de soutenir les exploitations qui n’ont parfois plus ou pas les moyens d’investir aujourd’hui, et aux agriculteurs d’atteindre les objectifs qu’ils se seront eux-mêmes fixés », a déclaré ce jour Carole Delga.

 

La stratégie agriculture durable : un cap à l’horizon 2040 et une expérimentation dès 2020

Cette stratégie repose sur 3 piliers (social, environnemental et économique) qui posent le socle du nouveau système agricole et alimentaire régional et les objectifs à atteindre à l’horizon 2040 :

· Bien vivre de son métier et contribuer à des campagnes vivantes

· Faire de l’environnement une chance pour notre agriculture

· Créer et développer des modèles économiques viables

 

Afin d’accompagner les porteurs de projets, qu’ils soient agriculteurs ou entreprises du secteur (coopératives notamment), dans la prise de risque que représente l’engagement dans une transformation profonde, la Région lancera un pack d’actions nouvelles dont, dès cette année, l’expérimentation des contrats d’agriculture durable.

 

Un accompagnement personnalisé des agriculteurs.trices :

1. L’agriculteur.trice s’engage dans un projet stratégique, pour développer ou diversifier son exploitation, répondant aux objectifs régionaux de transition ;

2. Il bénéficie de l’accompagnement d’un conseiller qui l’aide à réaliser un diagnostic global de son exploitation, de ses besoins, et à formaliser son projet de transition.

3. L’agriculteur.trice signe un contrat avec la Région qui lui permettra de solliciter les aides financières les plus adaptées à son projet, afin de sécuriser la prise de risque liée au changement de pratique.

Ces contrats seront expérimentés d’ici la fin de l’année avant leur généralisation.

4 mesures supplémentaires, issues du travail de concertation mené pour élaborer la stratégie régionale agriculture durable, ont d’ores-et-déjà été identifiées et seront déclinées pour répondre aux défis de la transition agroécologique :

–          La création d’un forum des conseillers, favorisant la montée en compétence et la mise en réseau, sur l’ensemble de la région, des conseillers agricoles.

–          La création de tiers lieux au sein des lycées agricoles, afin de permettre aux agriculteurs, citoyens, entrepreneurs du monde agricole, chercheurs, d’échanger, expérimenter et collaborer pour faire évoluer l’agriculture vers de nouveaux modèles.

–          Associer les citoyens à la mise en œuvre de la stratégie agriculture durable, via l’organisation de rencontres dans les Maison de ma Région et la mise en œuvre d’un budget participatif dédié aux initiatives citoyennes favorisant la solidarité entre citoyens et agriculteurs.

–          Faire de Sud de France la marque de l’agriculture durable, à travers la labellisation de points de vente de produits locaux et de qualité.

 

Un cap fixé et « testé » collectivement, pour des solutions sur-mesure

Pour construire cette feuille de route, la Région a mené une démarche de co-construction ouverte et participative associant agriculteurs, élus, acteurs locaux des filières et des territoires (représentants de chambres d’agriculture, de lycées agricoles, de Parcs naturels régionaux, chercheurs et associations environnementales…). Des entretiens et enquêtes en immersion ont permis de partager les besoins auxquels cette stratégie devait répondre. Les solutions en réponse aux défis posés ont été imaginées, co-développées puis testées avec un large panel d’acteurs représentatifs du monde agricole fin janvier, à Toulouse.

 

Pacte pour une alimentation durable : la Région tient ses engagements

Lors de cette assemblée plénière les élus régionaux ont également voté la mise en œuvre de 2 autres actions prioritaires identifiées dans le Pacte pour l’alimentation durable :

 

Centrale alimentaire régionale : un 1er test à la rentrée 2020

L’objectif de la centrale sera de simplifier et accroître l’approvisionnement de la restauration collective en produits locaux, de qualité et bio, tout en favorisant l’accès de tous les producteurs aux achats régionaux. Elle renforcera ainsi l’opération « L’Occitanie dans mon Assiette » en proposant une solution clef en main aux établissements pour atteindre l’objectif de 40 % de produits locaux et de qualité dans les repas servis aux jeunes. Très concrètement, en faisant le lien entre l’offre et la demande, la centrale régionale permettra d’une part d’estimer les volumes de denrées alimentaires écoulées et, d’autre part, aux producteurs agricoles de s’organiser pour répondre aux besoins. Elle jouera ainsi un rôle primordial dans la structuration des filières régionales et l’ancrage des systèmes alimentaires régionaux sur les territoires.

 

Une offre de services complète :

· Passation de marchés de denrées alimentaires pour ses adhérents (établissements publics régionaux disposant d’un service de restauration collective),

· Proposition d’un large catalogue complet de produits avec une offre locale, bio et de proximité,

· Mise à disposition d’un outil de commande en ligne,

· Accompagnement des fournisseurs régionaux pour la réponse aux appels d’offre de la centrale.

Une expérimentation de la centrale sera menée dès la rentrée scolaire 2020 au sein d’un panel de lycées pilotes. L’outil sera déployé progressivement à partir de janvier 2021.

 

Assises régionales de la distribution : offrir une meilleure visibilité à nos produits !

En Occitanie, la grande distribution représente 70% du réseau de distribution alimentaire. Pour renforcer la place des produits régionaux dans ce secteur, tout en garantissant un juste salaire aux professionnels de l’alimentation, la Région Occitanie souhaite sceller un partenariat avec les enseignes de la grande distribution sur la base d’une charte partagée. Cette charte co-construite fixera les engagements entre la Région et chaque enseigne de distribution, autour de 3 grands objectifs communs : renforcer l’approvisionnement en produits régionaux, les rendre plus visible et plus accessibles et assurer une juste répartition de la valeur entre le producteur et le distributeur.

Ces chartes seront signées d’ici l’été 2020 et engageront la Région et les enseignes signataires pour une durée de 3 ans.