Yves Louis a rencontré la presse ce jeudi pour faire le point sur le “non-débat”dans son local de campagne.

Calme, déterminé avec une colère rentrée, Yves Louis tête de liste de “Saint Gaudens Autrement” n’est visiblement pas décidé à se laisser faire pour ce qu’il considère comme une manipulation, voire une désinformation de la part de France Bleue Occitanie. Un communiqué de cette station de radio a fait état que le candidat Yves Louis aurait refusé le débat avec Jean Yves Duclos pour “un motif pas très clair / un candidat qui ne veut pas s’expliquer”. Une affirmation qui ne passe pas et qu’Yves Louis s’est efforcé, durant toute la conférence de presse, à démontrer qu’elle était fausse. Le débat n’a pas été refusé selon le candidat.

Argumentaires du candidat :

Yves Louis a accepté le débat proposé par France Bleu par mail le 28 février étant assuré d’avoir connaissance des thématiques choisies quelques jours avant le débat. “On est sur le terrain, on connaît les préoccupations des saint-gaudinois”, commente Yves Louis. Le temps passe (un entretien avec France bleu pour un portait et la présentation du débat) et toujours pas d’informations sur les thématiques du débat qui ne lui seront envoyées que le lundi matin 9 mars pour un débat le mardi soir. “Les saint-gaudinois attendent un débat sérieux” poursuit Yves Louis “et j’ai considéré qu’en une journée on ne pouvait pas préparer sérieusement un débat. En conséquence, j’ai proposé de le reporter à vendredi en début d’après -midi”. Yves Louis nous montre les échanges de mail effectués pour montrer sa bonne foi.

Yves Louis précise qu’il saisit le CSA  par lettre recommandée pour partialité, défaut d’équité de traitement et d’information sur le site de France Bleu Occitanie à la suite du communiqué de presse édité par Julien Corbière. “Je n’ai jamais demandé l’annulation du débat, j’ai demandé un report pour le préparer par mail le lundi matin et non  le lundi soir”.

“J’aurai aimé faire le débat pour lui parler de la situation qu’il a laissé à Villeneuve, la ville est ruinée, de la dette de St Gaudens , de la piscine, des 5 RDV manqués par rapport à la politique de la ville. Pour ce qui est du conseil municipal du 15 octobre, nous n’y étions pas, il est vrai qu’on a souvent quitté la salle car sous la mandature Duclos, il a été impossible d’argumenter”. “Je pense que les saint-gaudinoises et saint-gaudinois trancheront”.

En conclusion, je ne refuse pas les débats mais il faut que les règles soient claires et qu’on les respectent.

Un débat public est prévu ce mercredi 11 mars à 20 heures 30 à la salle du Pilat à Saint Gaudens.