Réunion publique de la liste Bérat au Coeur.

En cette fin de campagne électorale, nous avons posé quatre questions à Paul-Marie Blanc, actuel maire de Bérat et candidat à un nouveau mandat.

La Petite République : Comment s’est passée la campagne et quel bilan en tirez-vous ?

Paul-Marie Blanc : La campagne électorale des municipales représente un moment unique dans la vie d’un candidat. C’est vraiment un temps fort durant lequel on peut échanger au plus près avec les habitants de sa commune. De surcroît, le vivre en tant que maire constitue un réel privilège.  On est en première ligne et on reçoit les retours en direct de la population. Je peux dire qu’ils sont globalement positifs et cela récompense le travail de l’équipe sortante. Et puis, ces rencontres permettent de répondre aux questions de la population qui touchent leur quotidien.

LPR : Justement, que vous demandent en priorité vos administrés ? 

PMB : Beaucoup de choses ….(rires)…et c’est bien normal ! Ils demandent plus de services, plus de commerces, d’équipements sportifs ou culturels, plus de trottoirs, plus de réseaux, plus de fleurs ou plus d’éclairage public… Mais en même temps, ils veulent être rassurés et demandent que l’on maintienne les impôts locaux et l’endettement de la commune à des niveaux très bas comme c’est le cas actuellement. Et la meilleure réponse que nous donnons, c’est notre bilan. Plus de 14 millions investis en douze ans et une situation financière très saine. Je sais que nous pourrons poursuivre nos investissements dans les mêmes conditions sur le prochain mandat.

LPR : On a beaucoup parlé de démocratie participative ces derniers mois. Qu’en pensez-vous ?
PMB : C’est exact et je pense que c’est une très bonne chose. Il est indispensable d’associer nos concitoyens aux décisions qui les concernent. La question est de savoir comment on y arrive ? Quand nous avons construit l’école maternelle, nous avons créé une commission extra-municipale réunissant enseignants, parents d’élèves, personnels de cantine et d’entretien, ATSEM, animatrices du centre de loisirs, des habitants tirés au sort et des élus pour rédiger le cahier des charges du bâtiment. Voilà un exemple concret de démocratie participative. Nous l’avons fait aussi pour la nouvelle médiathèque et nous recommencerons pour la future halle. Mais attention de ne pas mettre la participation citoyenne à toutes les sauces ! Dans certains programmes, on a le sentiment que les candidats n’ont comme projet que d’organiser des réunions tous les quatre matins avec ce slogan : votez pour moi, je n’ai pas d’idées mais si je suis élu, je vous consulterai pour savoir ce dont vous avez besoin ! Franchement, il faut être sérieuxQuand on se présente à une élection, il faut être capable de proposer un vrai projet pour sa commune et d’expliquer comment on le finance.

LPR : Vos pronostics pour ces élections à Bérat ?
PMB : Je me garderai bien de faire un quelconque pronostic ! Je peux simplement vous dire que tous les candidats de la liste Bérat au coeur qui m’accompagnent, ont mené une campagne de proximité et que nous avons reçu un accueil très positif. Je suis optimiste mais c’est maintenant aux Bératais de choisir le 15 mars. Nous leur donnons rendez-vous le vendredi 13 mars à 20h30 à la salle des fêtes de Bérat pour une dernière réunion publique.