Ce mercredi soir, vers 22h30, environ 80 agriculteurs arrivés dans une vingtaine de véhicules se sont retrouvés devant la sous-préfecture. Les pick-up étaient remplis de panneaux de communes des alentours.

Après les avoir exposés contre le mur de la sous-préfecture, une prise de parole du président FDSEA 31, Jean-François LAMASSE, a eu lieu demandant un moratoire au gouvernement. Quant à Luc Mesbah, secrétaire général adjoint de la FDSEA 31, il s’inquiète lui des pertes agricoles :

Si on met 5 mètres de réglementation autour des maisons, c’est 23 000 hectares agricoles qui disparaissent. Comment compenser cela? On utilise des produits, ce sont des médicaments pour les plantes. Les agriculteurs sont formés pour les utiliser.”

Sur cette question, l’avis de l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) n’a pas encore été rendu, ce qui provoque la colère des agriculteurs. Pourquoi ne pas attendre cet avis ?

« Ceci est un premier avertissement, demain (NDLR : Jeudi) rendez-vous à Capens à 20 h 30 direction la préfecture  par les “chemins buissonniers”. »
Les panneaux ont ensuite été envoyés dans le jardin de la sous-préfecture.