Indemnité kilométrique vélo et télétravail : deux mesures concrètes pour réduire les émissions de gaz à effet de serre en Haute-Garonne.

Communiqué: “Mercredi 29 janvier, les élus départementaux réunis en session ont adopté 2 nouvelles mesures concrètes afin de lutter contre la congestion routière dans l’agglomération toulousaine et de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Pour faire évoluer les pratiques en matière de mobilité de son personnel sur l’ensemble du territoire, le Conseil départemental met en place, à titre expérimental, l’indemnité kilométrique vélo pour encourager les agents à utiliser ce mode de déplacement doux.
Cette mesure fait partie du Plan de déplacements d’administration appelé Circul’action 31.
L’indemnité kilométrique vélo permet la prise en charge partielle des frais engagés par l’usage du vélo, sur la base de 0,25 euros par kilomètre parcouru, dans la limite d’un aller-retour domicile travail par jour et dans la limite de 200 euros annuel par agent. L’indemnité sera accordée sur présentation d’une attestation sur l’honneur signée par l’agent faisant état des kilomètres parcourus et validée par son responsable hiérarchique.
Cette mesure incitative encourage l’intermodalité des transports au quotidien pour changer les comportements. Elle sera donc cumulable avec l’aide aux transports publics et les bénéficiaires pourront aussi conserver l’accès au parking de l’Hôtel du Département.Par ailleurs, depuis décembre 2018, le Conseil départemental a mis en place le télétravail pour améliorer les conditions de travail de ses agents et réduire les déplacements pendulaires sur l’agglomération toulousaine, confrontée à un haut niveau de saturation routière.
A ce jour, 300 agents de la collectivité adhèrent à ce dispositif. Une enquête interne fait état de 78 % d’agents très satisfaits et 20 % satisfaits.
Devant le succès de la démarche, le Conseil départemental a souhaité la faire évoluer en proposant aux agents des jours de télétravail fixes ou variables. En 2019, les jours en télétravail étaient fixes (de 1 à 2 jours par semaine).

“Le Conseil départemental, en tant qu’employeur, souhaite être un élément moteur en Haute-Garonne dans les modes de déplacement doux et dans la qualité de vie au travail. En tant qu’institution, il est de notre responsabilité de montrer l’exemple sur la transition écologique dans laquelle nous nous sommes engagés dès 2017″ souligne Georges Méric, président du Conseil départemental de la Haute-Garonne.”