André Mandement a officialisé sa candidature à Muret. Pour ce faire, il a invité la presse ce mardi en fin de matinée pour une rencontre au théâtre municipal Marc Sebbah.

Il repart donc au combat pour un troisième mandat de maire, et le terme de combat sera certainement de rigueur, au vu des propos tenus sur les anciens élus de son équipe qui aujourd’hui s’opposent à lui.

Le choix de repartir a été mûrement réfléchi, avec sa compagne et ses proches, car la mission est chronophage et nécessite un engagement de tous les instants.

Il a dressé son analyse de ces 12 ans à gérer la ville : « Muret n’est plus la « belle endormie », elle s’est réveillée et témoigne d’un dynamisme flagrant avec ses plus de 27 000 habitants, ses 194 associations. Elle est plus éducative et éducatrice grâce aux Agoras et au processus « S’épanouir à Muret », elle est aussi plus sportive. Elle est plus sûre grâce à sa police municipale et sa gendarmerie, mais aussi grâce aux caméras de vidéo-surveillance, même si certains parlent de sentiment d’insécurité en confondant quotidien et actualités vues à la télévision. Elle est plus active par le biais des entreprises qui viennent s’y implanter, faisant baisser le chômage de 2,4 % entre 2018 et 2019 selon Pôle Emploi (1400 emplois ont été créés entre 2014 et 2018). Tout cela sans augmenter la fiscalité (taux inchangés depuis 12 ans) et avec une dette par habitant de 24 € environ quand certaines communes identiques sont à 1700 €. ». Il a tenu aussi à dire que la proposition de maison médicale de garde dans le programme d’un adversaire ne manquait pas de culot car “C’est quand même gonflé ! On y travaille depuis 6 mois, les locaux sont commandés et l’ouverture est prévue pour juin”.

Il sollicite donc à nouveau le soutien des muretaines et des muretains pour pouvoir continuer l’action menée depuis 2008, avec le slogan : « Muret pour Tous et avec Tous ».