L’Ecole Supérieure des métiers de Muret accueille une délégation de 6 jeunes élèves chinois. Après quelques tracas de visas, elle vient de poser ses valises pour une semaine sur les bords de la Garonne à Muret, afin de se perfectionner à l’Ecole Supérieure des Métiers. Ces étudiants et leurs professeurs sont venus pour apprendre les techniques de la pâtisserie française.

Gérard Livigni, responsable de l’unité pédagogique Pôle alimentaire, a déjà effectué un déplacement à Shanghai afin de préparer l’échange et s’est dit impressionné par la rapidité de compréhension des jeunes chinois.

Monsieur le Maire, accompagné de son adjoint Michel Rueda a reçu à l’Hôtel de ville le groupe pour déguster la galette des rois effectuée par les élèves du CFA Muretain. Il en a profité pour expliquer ce qu’est la ville de Muret : C’est le berceau de deux personnalités, l’une étant l’inventeur du 1er engin volant, Clément Ader  et l’autre Vincent Auriol, Président de la République  de 1947 à 1954. Les jeunes visiteurs furent impressionnés  par ces informations.

La délégation chinoise expliqua à son tour l’organisation dans leur pays, étant légèrement différentes. Seulement 50% des lycéens peuvent poursuivre des études longues, les autres partent dans la formation professionnelle. En ce qui concerne les métiers de bouche, ils peuvent se spécialiser dans la cuisine chinoise ou occidentale mais ils doivent quand même connaître les bases des deux. Le gouvernement chinois aide beaucoup financièrement le secteur professionnel pour favoriser l’ouverture vers le monde extérieur,  avec de plus en plus d’échanges avec des lycées de pays étrangers.

Pour information, la cuisine française est reconnue en Chine et beaucoup de restaurants proposent des spécialités françaises. A Shanghai un restaurant français se nommant « Occitanie » propose le cassoulet  et la fameuse saucisse de Toulouse.

Le prochain épisode de ces rencontres se déroulera lundi puisque après le week-end, les étudiants chinois affronteront lundi matin cinq élèves français autour des tables de travail du laboratoire du CFA. Mais nous en reparlerons !