« 37 ans comme maire ajoutés aux six ans comme conseiller municipal, cela suffit. J’arrête », confie Armand Entajan l’emblématique maire de la commune. « Je vais profiter de ma maison, je vais voyager avec ma compagne Simone depuis six ans. »

Le maire part sur une dernière et belle réalisation : la réhabilitation de l’école communale qui accueille quatre sections de maternelle en une seule classe dont l’enseignant est Jean-Yves Brossier.

Les travaux ont commencé en juillet de cette année et durant ce temps, les enfants étaient accueillis dans un bâtiment préfabriqué.

L’inauguration avait lieu vendredi 20 décembre en présence de nombreuses personnalités : Marie-Paule Demiguel, sous-préfète de Saint Gaudens, Pierre Médevielle, sénateur de la Haute Garonne, Joël Aviragnet, député de la 8e circonscription, Loïc Le Roux de Bretagne, président de la Communauté de Communes Cœur et Coteaux du Comminges, Céline Laurenties, conseillère départementale, Jean-Yves Duclos, président du PETR et Sandra Diaz, inspectrice de l’Éducation Nationale pour le Comminges.

De nombreux élus des communes voisines étaient également présents, tout comme les entreprises ayant pris part aux travaux : Joël Grau, architecte de Saint Gaudens, M. Sabucco, bureau d’études de Lécussan, Dubarry, charpentes de Le Cuing, Morales, isolation d’Encaisse les Thermes, SPIE, électricité, Labastère menuiseries de Tarbes et Lorenzi peintures de Montréjeau.

Les locaux sont clairs, entièrement refaits à neuf et offrent une jolie vue sur les Pyrénées.

Tout ce petit monde ainsi que des Lécussanais se retrouvaient ensuite à la salle des fêtes pour les différents discours.

L’historique :

Dans son allocution, le maire rappelle que jusqu’en 1954, l’école était au centre du village. Mais c’est en 1953, lors d’une séance de conseil municipal, que le maire de l’époque déclarait l’urgence de construire une nouvelle école. Celle-ci était inaugurée le 18 septembre 1954 et aura coûté 8.354648 francs, dont 642605 francs à la charge de la commune.

Une baisse des effectifs (9 enfants scolarisés),  conduit les élus en 1990 à la création d’un RPI (Regroupement pédagogique intercommunal), avec les communes de Villeneuve Lécussan et Boudrac.

Actuellement l’effectif oscille entre vingt-quatre et 26 élèves. Un lotissement est en cours afin d’attirer des jeunes parents.

Le coût de la rénovation est de 190.000€ financé comme suit :

Subventions : 46.000€ de l’Etat – 46.000€ du Département et 49.000€ de la Région. Restent 49.000€ à charge de la commune. Ceux-ci seront financés sur quinze ans.

Les remerciements :

Le maire remercie ensuite la sous-préfète, « vous qui dynamisez notre territoire et qui êtes Commingeoise ». Il remercie Carole ensuite Carole Delga, dont il regrette l’absence, « Commingeoise vous aussi. » Sans oublier le président du Conseil départemental, Georges Méric. « Sans ces institutions, les petites communes ne pourraient rien faire. » Il remercie également son équipe et les différentes associations de la commune.

Les personnalités:

Loïc Leroux de Bretagne, président de la Communauté de Communes Cœur et Coteaux du Comminges fait remarquer le dynamisme qu’il y a dans les communes. « Il n’y a pas de petites ou grandes communes. Je dois toutes les défendre, quelles qu’elles soient. Les petites communes sont le fonds de commerce de notre ruralité. »

Marie-Paule Demiguel, sous-préfète, souligne le traumatisme qui suit la disparition d’une école dans une commune. Mais elle fait remarquer que la question se pose lorsque les effectifs diminuent.  Elle fait remarquer que ces dernières années, aucune école dans le Comminges n’a été fermée. « L’école, c’est un enjeu de national et de territoire. » Et s’adressant au premier magistrat : «  Vous êtes, un maire qui avez marqué votre commune de par votre énergie. » Et la représentante de l’État termine en soulignant que si les Communautés de communes existent, c’est par les communes et qu’il faut en tenir compte.

Tous se sont retrouvés pour partager le verre de l’amitié.