A la suite des déclarations du premier ministre devant le Conseil Economique, Social et Environnemental, la présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée estime que la réforme des retraites proposée par le gouvernement « reste floue sur de nombreux points, ne donnant aucune garantie d’équité, et stigmatisant les branches professionnelles. »

 

« Le mouvement social autour des retraites que connaît la France aujourd’hui est le symptôme de la distance qui s’est instaurée entre le gouvernement, les corps intermédiaires et les Français.

 

Le projet de loi et les déclarations du premier ministre n’offrent aucune garantie sur le niveau des retraites hormis un plancher de 1000 €. Les mesures exceptionnelles pour les femmes ne font l’objet d’aucune simulation. La question de la pénibilité reste très floue, surtout quand on se souvient que c’est ce même gouvernement qui avait supprimé en juillet 2017, 4 des critères de pénibilité existants. Enfin, l’instauration d’un âge pivot pour une retraite à taux plein est vécue comme une provocation, notamment par les partenaires sociaux.

 

Contrairement à ce qui était promis, les propositions du Premier ministre ne sont ni simples ni universelles. Elles multiplient les catégories et les spécificités. Cette réforme n’est ni juste, ni équitable. Sur un sujet tel que celui de la retraite, qui représente désormais environ 20 ans dans la vie de chacun, il ne devrait pas y avoir de place pour les imprécisions, mais au contraire avoir un projet clair, concerté, pour rassembler les Français autour d’un des acquis sociaux les plus importants pour eux », a déclaré Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée.