C’est ce lundi 11 novembre, vers 9 heures qu’une aide ménagère du service des soins à domicile de Sivom des plaines et coteaux du Volvestre s’est présentée au domicile de monsieur Charles C. ,âgé de 91, qui demeure route de Lézat à Lacaugne. Un travail habituel de ce service qui assiste les personnes âgées dans leur vie quotidienne. En descendant de sa voiture, elle entend une alarme incendie qui hurle aux quatre vents. Très professionnelle, elle donne immédiatement l’alerte et attend les secours. Les pompiers arrivent très vite sur les lieux à 9 heures 10. Ils se rendent rapidement maitre de l’incendie qui est situé dans la chambre à coucher du propriétaire.

Le corps inanimé de la victime se trouve entre 2 lits. Son chien fidèle, vraisemblablement décédé par asphyxie, se trouve près de lui. Charles C. est en arrêt cardio-respiratoire. Les pompiers tentent de le réanimer à de nombreuses reprises mais il est malheureusement trop tard. Un médecin constate son décès et émettant des réserves médico-légales sur les causes de la mort, la dépouille de Charles C. est acheminée vers l’institut médico légal de Toulouse.

Charles C. vivait seul dans cette grande maison. On lui connaissait un fils que personne n’a jamais vu et qui visiblement ne semblait pas s’occuper pas de lui. Il était suivi par le service du SIAD de Rieux Volvestre et surtout par l’affection de son voisinage et notamment de la dévouée Angeline. Malgré son grand âge Charles C possédait un fort caractère et jusqu’à très peu de temps il était très alerte. Il refusait absolument d’aller dans une maison de retraite préférant rester seul dans sa maison. Le Maire de la commune nous a même expliqué qu’il avait fallu vraiment insister pour qu’il comprenne qu’il ne pouvait plus conduire étant devenu dangereux pour lui même et les autres.

Depuis quelques temps, Charles C. avait repris la cigarette. Fumer était redevenu un vrai plaisir, un des rares qu’il pouvait encore pratiquer ne sortant pratiquement plus de sa maison. Est-ce ce dernier plaisir qui l’aura tué ? Nonobstant les conclusions de l’enquête ouverte par la gendarmerie, c’est l’hypothèse en l’état actuel de la connaissance du dossier la plus plausible. Charles C. aurait selon toute vraisemblance allumé une cigarette alors qu’il était couché. S’endormant, la cigarette se serait consumée en mettant le feu au matelas. La victime aurait été alors asphyxiée par les fumées toxiques.

L’examen du corps ou l’autopsie devrait être pratiqué dans les jours qui arrivent.