Mardi 15 octobre, les élus départementaux réunis en session ont adopté le classement de deux nouveaux Espaces Naturels Sensibles (ENS), sur le département de la Haute-Garonne.

Ces deux sites situés dans le Comminges, répondent aux critères de sélection de classement ENS : une prairie humide sur la commune de Barbazan, avec un habitat de papillon protégé appelé “Cuivré des Marais” et une prairie de fauche et sa grange sur la commune de Lège, refuge de la chauve-souris protégée appelée “Petit rhinolophe”.

Un espace naturel est qualifié de sensible s’il réunit les caractéristiques suivantes : présenter un intérêt fort pour la biodiversité (espace remarquable) ou une fonction biologique (nature ordinaire), être fragile et/ou menacé et devant, de ce fait, être préservé, faire l’objet de mesures de protection et de gestion et être un lieu de découverte des richesses naturelles (ouverture au public).

Pour le site de Barbazan (6,54 hectares).

Les inventaires, réalisés par l’Association Nature En Occitanie et le Conservatoire d’Espaces Naturels de Midi-Pyrénées en 2018 sur la zone humide de Salliet ont permis de recenser, s’agissant de la faune : deux espèces de reptiles et d’amphibiens protégées, quinze espèces de chiroptères protégées, neuf espèces d’odonates (libellules) dont une inscrite sur liste rouge, l’Agrion de Mercure, 37 espèces de rhopalocères (papillons de jour) et zygènes dont une espèce protégée, le Cuivré des Marais, une espèce d’araignée peu commune qui ne tisse pas de toile mais capture ses proies à l’affût.

S’agissant de la flore, ils ont recensé 226 espèces de végétaux dont deux espèces déterminantes Zone d’Intérêt Écologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF).

Les zones humides sont des espaces de transition entre la terre et l’eau, appelés écotones (zones de transition entre deux écosystèmes). Comme tous ces types d’espaces, elles présentent de fortes potentialités biologiques (faune et flore spécifiques) et jouent un rôle de régulation de l’écoulement et de l’amélioration de la qualité des eaux.

Pour le site de Lège (0,48 hectares).

Les inventaires, réalisés par l’Association AREMIP (Action Recherche Environnement Midi-Pyrénées), en 2018 sur la prairie de fauche et la grange, ont permis de recenser, s’agissant de la faune : une espèce de reptile, onze espèces de mammifères dont quatre espèces chiroptères protégées et une espèce à enjeu patrimonial la Loutre d’Europe, onze espèces d’oiseaux, quinze espèces de lépidoptères (papillons).

Et s’agissant de la flore, ils ont recensé : 122 espèces de végétaux dont une espèce déterminante Zone d’Intérêt Écologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF).

Le classement des Espaces Naturels Sensibles s’inscrit dans le Plan Environnement 2017-2020 du Département, qui représente un budget de 150 M€. En 2017, 663,52 hectares ont été classés en ENS, dont la forêt départementale de Buzet-sur-Tarn pour 463 hectares et la zone naturelle du château de Laréole pour 13,52 hectares.

L’objectif à terme est de protéger 1 000 hectares de zones sensibles en Haute-Garonne.

“La Haute-Garonne est dotée d’un patrimoine naturel riche qui nécessite d’être à la fois protégé et valorisé.

La politique de développement des Espaces Naturels Sensibles présente un intérêt pour la préservation de la biodiversité des zones fragiles ou menacées et pour la protection de la ressource en eau.

Je me réjouis du classement de ces deux nouvelles zones comme Espace Naturel Sensible, qui mettent en valeur la richesse et la diversité de la faune et de la flore du territoire commingeois”, a déclaré Georges Méric, président du Conseil départemental de la Haute-Garonne.