Eric Balat rénove en sponsoring une fermette au village. Son métier de décorateur l’a fait participer voilà deux ans aux décors du film de Roger Sousa tourné en Ariège, « Les étoiles de papier ».

On le demande pour un autre film qui relate la vie de la dernière bagnarde française en Guyane, « Marie Bartete matricule 107 ».

Depuis, Eric est attiré par le cinéma et une envie folle de passer derrière la caméra et réaliser ainsi son premier long métrage.

Christian Louis, écrivain commingeois  (l’Assassinat de Saint béat, entre autres), et ami d’Eric, s’est inspiré de la fermette pour son dernier roman en cours d’écriture et qui devrait  s’appeler « La belle Génoise », en rapport avec la génoise existant sur l’avant-toit de la construction.

Cette belle Génoise, Eric Balat l’a trouvé sur les réseaux sociaux. « Je suis tombé sur sa photo, et j’ai eu un coup de cœur. »

C’est de Mathilde Mosnier dont il s’agit. Il l’invite à la fermette pour discuter du projet en compagnie de l’écrivain.

Toulousaine d’origine, la jeune Mathilde affectionne particulièrement l’époque napoléonienne au cours de laquelle se passe l’intrigue. « C’est mon père qui m’a donné l’amour de ces années. Il participe à des reconstitutions historiques napoléoniennes. »

Mathilde est « montée » à Paris à l’âge de 18 ans suivre des cours d’art dramatique. Elle est auditionnée et engagée pour tourner dans le dernier film d’Eric Rohmer, les amours d’Astrée et de Céladon.

Elle tient également le rôle féminin principal du film l’ombre de Vénus. On pourra la voir sur Arte en octobre dans un téléfilm. Avant cela, elle participera en septembre aux vendanges poétiques de la Labastide Saint Pierre.

« Je fais tout pour que le roman sorte en fin de cette année », confie Christian Louis. « Ensuite, je m’attaquerai au scénario, cela devrait me prendre deux mois. »

Reste ensuite un long parcours pour trouver un financement. Mais tous les trois y croient dur comme fer.