Des concours de chants où les plus grandes gueules gagnent au jeu grolandais où l’arrière train s’agite pour faire exploser un ballon, les fêtes de Lacaugne ont défié Pierre Desproges ou Pierre Dac.

L’été voit défiler la cavalcade des fêtes de village. Des comités des fêtes tentent de faire vivre les traditions ancestrales avec plus ou moins de moyens avec plus ou moins de réussite. A Lacaugne, ce qui compte le plus c’est l’enthousiasme, la soif de partager et de faire plaisir, l’engagement personnel pour le plaisir de tous. Tout au long du week-end on a donc festoyé. Un repas du dimanche soir d’irréductibles gaulois quelque peu modifié au fil des siècles. Le sanglier, avec Assurentourix attaché avec une corde au sommet d’un arbre pour l’empêcher de chanter ont disparu. C’est Jean Marc Esquirol, maire du village dans le rôle de Abraracourcix, avec l’aide de toutes les gaulois, gauloises, mégots et des druides organisateurs qui ont assuré grave. Dans le chant des plus grandes gueules ce sont les « A babord » qui ont gagné contre les « A tribord ». Faut dire que l’équipe s’était bien choisie et elle ne pouvait que gagner. On ne citera pas les noms pour ne vexer personne sauf si on nous le demandait expressément bien sur. Toutefois monsieur le Maire et les élus invités étaient dans le camp des perdants. Un exercice de transparence nécessaire pour éviter toutes rumeurs abracadabrantesques comme aurait dit le sage Jacques Chirac…

Etant dans l’album Astérix chez les belges, le sanglier avait fait place aux moules/frites. A l’Europe quand tu nous tiens ! Pendant la soirée, nous avons eu droit à un jeu qui arrivait tout droit de chez nos voisins du Groland !. Assis sur un gonfleur, les membres du comité des fêtes devait, avec des mouvements de bas en haut de leur arrière train qui a sifflé plus que 3 fois, gonflé un ballon de baudruche jusqu’à l’explosion. Ce lui qui avait perdu était bien sur celui qui explosait en dernier son ballon. A ce jeu de terroristes de l’arrière train, c’est une certaine Cathy … qui s’est faite exploser en premier. Une candidate qui fait honneur au conseil municipal dont elle est issue. Le gain était un stage chez Rika Zarai. Par ailleurs et comme chaque année,c’est à la table officielle qu’on a gagné le jambon. Une élue venue de l’étranger, c’est à dire de Lezat. Comme chaque année, quelques sifflets et des «  C’est toujours les mêmes » ont illustré cette victoire. Ah quand je vous dis que les traditions perdurent.

C’était une belle soirée … Pierre Dac disait à propos de manger : Heureux qui a la bouche pleine, ça lui évitera de blasphémer en prononçant d’impures conneries ! … Allez bon appétit, je vais manger !