Ce lundi 18 Mars Joël Aviragnet député de la Haute-Garonne nous fait part de ses inquiétudes concernant le projet de “Loi santé” (“Réorganisation de l’offre de soin”) qui sera présenté ce soir par le gouvernement à l’Assemblée Nationale. Ce projet est censé apporter un meilleur accès aux soins.

Trois axes forts :

  • Fin du “numérus clausus” pour les étudiants en médecine
  • Nouvelle carte hospitalière
  • Espace numérique

Fin du “numérus clausus”.

Les effectifs d’étudiants en 2ème ou 3ème année seront déterminés par les universités, en lien avec les agences régionales de santé selon les capacités et les besoins du territoire. Objectif : augmenter de 20 % environ le nombre de médecins formés, selon le ministre Agnès Buzin, tout en diversifiant les profils.

“Un nombre de médecins supplémentaires qui ne régulera pas les postes de médecins dans les zones rurales. En Occitanie on note une forte concentration de médecins sur Toulouse, Montpellier et les bords de la méditerranée” nous confie Joël Aviragnet.

“Une évolution de la profession avec des médecins qui travaillent moins et les hôpitaux qui ont du mal a trouver des médecins de garde.”

Nouvelle carte hospitalière.

Le projet de loi du gouvernement tend à réviser la carte hospitalière par ordonnance. D’une part labelliser 500 à 600 “hôpitaux de proximité” vers la médecine générale, la gériatrie et la réadaptation mais sans maternité ni chirurgie. D’autre part de modifier les règles d’autorisation de soins (chirurgie, maternité, urgences) et des équipements des Hôpitaux publics.

“Grace à une convention signée avec les Hôpitaux de Toulouse et les gros travaux d’extension en cours, le centre hospitalier de Saint-Gaudens a su anticiper et échappera donc aux nouvelles règles gouvernementales” se félicite Joël Aviragnet.

L’espace numérique.

Tous les patients pourront ouvrir leur propre espace numérique santé d’ici 2022, afin d’ accéder à leur dossier médical, à des applications “informations de santé”, ce qui peux susciter des craintes concernant “la protection des données”.

Les débats risquent d’être tendu dans l’hémicycle, ce sont prêt de 2 000 amendements déjà déposés au projet de loi, signe de forts désaccords sur le fond du texte.

Pour terminer Joël Aviragnet revient sur le Tribunal de Saint-Gaudens.

“J’ai alerté Madame la Ministre de la justice Nicole Beloubet  à plusieurs reprises et dernièrement par courrier afin que le tribunal de Saint-Gaudens garde “le parquet mineurs” (ce qui n’est pas le cas) et qui engendre de grosses difficultés pour les familles, ainsi qu’ une extension des services vers le Volvestre”.