Geneviève Caperan-Lorenzi, maire, présentait ses vœux à la population, aux associations et à des collègues maires invités, ce vendredi 28 décembre.

L’état-civil fait apparaître trois naissances déclarées et quatre décès. Mme le maire fait ensuite le point sur les travaux réalisés, à commencer par les ralentisseurs placés à la Serre. Toujours dans le même esprit de faire ralentir les automobilistes, elle indique qu’un essai est actuellement en cours aux Bourdalats. Il consiste en neutralisant une voie de circulation. Le pluvial a été également revu.

L’espace de « la prairie » est un lieu agréable, tant pour les familles, les pêcheurs ou les promeneurs. Là encore, la vitesse sera limitée, et  à 30km /h. D’autre part, toute la partie boisée sera interdite de circulation. Cela évitera, entre autre, le rassemblement d’une certaine population aux mœurs non en conformité avec la morale. Deux gardes assermentés sont mandatés, tant pour faire respecter le code de la pêche, le stationnement illicite dans cette partie du village que pour retrouver les personnes sans-gêne qui viennent déverser des déchets de toutes sortes.

Et puis madame le maire fait le point sur les choses qu’elle aurait aimé réaliser mais qui faute de moyens seront retardées ou purement abandonnées. Comme les ralentisseurs dans le village, l’aménagement du presbytère, le rond-point de la serre ou encore l’aménagement des bords de Garonne avec la mise en place de tables et de poubelles.

Elle revient également sur les compétences de la nouvelle communauté de communes avec en exemple le temps périscolaire qui lui revient. Fin de la gratuité ? Concernant le RPI (regroupement Pédagogique Intercommunal),  celui-ci fonctionne bien, trop bien peut-être car il arrive à saturation. Et elle rappelle le coût annuel d’un enfant pour la commune, 1300€. Concernant les travaux dont la commune ne pourra se passer : les mises en accessibilité diverses, la pose des plaques de rues et des numéros des habitations. Elle évoque enfin le SCoT (Schéma de Cohérence territoriale), qui définit les zones artisanales, agricoles, etc. Il y aura une coupe drastique des surfaces. Les constructions en diffus ne seront plus autorisées et un terrain constructible aujourd’hui ne pourra plus l’être demain.

Tout le monde s’est ensuite retrouvé pour partager le verre de l’amitié.