François Ruffin dénonce la politique  de libéralisme de la CEE.

Ce jeudi 15 février, après une rencontre avec les étudiants grévistes à l’université Jean Jaurès de Toulouse, François Ruffin est venu soutenir Philippe Gimenez et sa suppléante Sophie Lechat.

La 8ème circonscription étant rurale, c’est tout naturellement qu’une rencontre avec les agriculteurs fut organisée. Quelle que soit leur appartenance à une fédération, organisation ou pas, tous dénoncent la domination de groupes industriels qui fixent les prix à leur détriment. Face à cette spirale infernale, ils dénoncent leur impuissance ainsi que leur endettement pour répondre à des normes régulièrement modifiées, pour combler leur déficit. Produire toujours plus pour ne même pas arriver à vivre de leur travail. Ils s’insurgent de la complexité des dossiers PAC pour obtenir des aides.

François Ruffin dénonce la politique de libéralisme de la CEE qui enferme, qui privilégie la quantité à la qualité, qui impose des normes strictes alors que les produits importés ne les respectent pas. Un agriculteur de Sainte Foy-de-Peyrolière témoigne de sa conversion réussie au bio. Est-ce la solution ? Revenir à une agriculture à taille humaine afin que les agriculteurs puissent vivre dignement de leur métier, soient fiers de leur travail ?

Force à la loi.

François Ruffin insiste sur la nécessité du citoyen à imposer ses choix face aux modèles dominants. Cela passera forcément par des lois. Seule solution pour changer un modèle. «Il faut sortir l’agriculture de la mondialisation, mettre l’accent sur les circuits courts. Mais on ne pourra pas modifier l’agriculture sans les agriculteurs ni les grands producteurs».

Les agriculteurs commingeois en grande souffrance se sont sentis écoutés et leur problématique prise en considération. Le parlementaire qui a l’habitude de mouiller le maillot est parti affronter au foot l’ancienne équipe de foot qu’entraînait Philippe Gimenez.

Troisième étape de la journée un meeting à la salle du Belvédère.