Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, était accueilli, jeudi 15 février en fin d’après-midi, par Karine Brun, maire de Lafitte Vigordane.

Cette visite avait pour but un entretien avec quelques entrepreneurs, artisans, commerçants, agriculteurs locaux. Une heure durant, ces chefs d’entreprises ont pu exposer les problèmes que rencontre chacun d’eux en fonction de son activité. C’est ainsi qu’il a été question du numérique, de la fibre optique, des graves problèmes des agriculteurs, quel que soit la branche d’activité qu’ils exercent. Le porte-parole du gouvernement ne s’est pas dérobé et a répondu le plus clairement possible aux questions posées. Il s’est engagé à transmettre au Président de la République, les interrogations, les propositions, auxquelles il n’a pas pu apporter de réponse immédiate du fait de leur pertinence, de leur sérieux et de la réflexion nécessaire pour une solution appropriée.

Un moment d’hilarité lorsqu’un agriculteur soulignait qu’à l’heure actuelle, les responsables des syndicats agricoles se battaient pour qu’une circulaire ne passe pas. Celle-ci interdirait la circulation des tracteurs et moissonneuses en août en cas de pic de pollution. Benjamin Griveaux s’est empressé de noter cette intervention. Il précisait : « A chacun des déplacements de ministres, comme celui d’aujourd’hui, lorsque nous faisons notre rapport au Président, il nous est demandé s’il n’y a pas une anecdote « croustillante » à lui raconter. Je pense que celle-ci va le faire beaucoup rire. En tout cas, cette circulaire ne provient pas du gouvernement ».

Une réunion qui s’est déroulée dans un climat serein bien que les problèmes abordés, en particulier celui du désespoir du monde agricole, laissaient apparaître une certaine et légitime crispation.