10 jours pour signer dans le hall de la Médiathèque de Saint-Gaudens.

Du 5 au 9 décembre, des bénévoles de cette association reconnue et référente auprès de l’ONU se proposaient de faire connaitre le combat pour la liberté défendu par Amnesty International. Comme chaque année à pareille période, une campagne mondiale de signatures est mise en place. Cette date correspond à la signature de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme en 1948.

Dix personnes sont mises en exergue, ce qui correspond à 10 actions.  Chaque action permet de mettre en lumière une personne dont la vie est menacée dans son pays par rapport à ses idées, ses combats, ses prises de position. Cette année par exemple, Mahadine au Tchad est menacé de prison à perpétuité, atteint de tuberculose contractée en prison, il est privé de soins. Pourquoi ? Parce qu’il a dénoncé sur facebook la corruption et la mauvaise utilisation de fonds publics du gouvernement tchadien. Au Honduras, les membres d’une association, le Milpah, risquent leur vie pour défendre leurs terres. Certains membres ont été abattus par des commandos. Amnesty a reçu le prix Nobel de la paix en 1977. Son rôle est d’enquêter, d’alerter et ensuite agir.

Chacun de nous peut contribuer à dénoncer ces violations des droits de l’Homme. La campagne de signature de 2016 a permis la libération de trois personnes sur les 10 actions menées.