Résultats 1er tour

Participation : 52,76 %

Michel Montsarrat En marche ! Ballottage 33,35 % 14 518 votes

Joël Aviragnet Parti socialiste Ballottage 17,78 % 7 739 votes

Marie-Christine Parolin Front National  15,23 % 6 630 votes

Philippe Gimenez La France Insoumise  14,10 % 6 138 votes

Jean-Luc Rivière Union des Démocrates et des Indépendants  8,73 %  3 801 votes

Corinne Marquerie Parti communiste français  3,09 %  1 346 votes

Sophie Handschutter Ecologiste  2,80 %  1 220 votes

Laure Gonzalez Debout la France  1,42 %  620 votes

David Labarre Divers  1,17 %  510 votes

Jérôme Piques Régionaliste  0,79 %  345 votes

Martine Guiraud Extrême gauche  0,73 %  316 votes

Kévin Redondo Divers  0,64 % 279 votes

Véronique Miralles Ecologiste  0,17 % 73 votes

Votes blancs  2,26 %  1 019 votes

Votes nuls  1,15 %  520 votes

Population 104 341 habitants (Données Insee 2009)

  • Inscrits 81,88 % 85 433
  • Votants 52,76 % 45 074
  • Abstention 47,24 % 40 359
  • Exprimés 50,96 % 43 535

 

Malgré une campagne remarquable et le soutien inconditionnel de Carole Delga qui s’est beaucoup investie, Joël Aviragnet n’a pas pu endiguer la vague violette nationale « En Marche ». Il est toutefois qualifié pour le deuxième tour. 15,57 % des voix le séparent de Michel Montsarrat qui obtient 33,35 % des voix. Une division de la gauche plurielle à méditer puisque l’addition de l’ensemble de ces candidats fait 37,77 %. Un réel espoir pour le candidat du parti socialiste s’il arrive à rassembler ces forces de gauche sous son nom. La déception se lisait toutefois sur les visages à son QG hier soir.

Sans faire réellement campagne et malgré les divisions internes, la parachutée du front national Marie Christine Parolin obtient 15,23 % des voix.

Quant à Michel Montsarrat, le réservoir des voix pour le deuxième tour peut apparaitre comme faible et devrait se situer essentiellement à droite notamment avec les 8,73 % de Jean Luc Rivière. Comme à son accoutumée le front national ne donnera pas de consignes de vote.

Ici, comme ailleurs, les partis traditionnels qui n’ont pas su se rénover dans tous les sens du terme, ont été sanctionnés par des électeurs qui veulent autre chose. Un pari difficile de changer les choses en une semaine mais tous les compteurs sont remis à zéro.

Joint au téléphone, Joël Aviragnet nous précisait: ” Pour vaincre au deuxième tour, je veux rassembler toute la gauche et mobiliser les abstentionnistes. Dans la continuité de ce qu’a fait, avec beaucoup de détermination, la candidate sortante Carole Delga comme par exemple le lycée à Cazères,  l’école d’infirmières et la ré-ouverture du tribunal de Saint Gaudens, je m’attacherai au maintien des service publics dans la 8° circonscription car le risque réel existe avec la suppression des 120 000 fonctionnaires annoncés par le président Macron. Voter en “Marche”, c’est aussi, pour la Haute Garonne, voir la disparition du département et avec lui l’équilibre des territoires. Tous les jours, le conseil départemental intervient dans la qualité de nos vies quotidiennes. Je pense à la gratuité des transports pour nombre de personnes et d’enfants. Le voir disparaitre au profit de la métropole toulousaine serait une catastrophe. J’ai 8 jours pour convaincre les habitants de la 8° circonscription .