Garonne sous haute surveillance.

Communiqué de presse de la préfecture.

Vigilance sur l’évolution de la situation hydrologique sur le bassin Garonne-Ariège et le remplissage de certaines retenues d’eau.

Depuis la fin de l’étiage de 2016, le déficit pluviométrique est important en Haute-Garonne et dans les départements voisins. Dans ce contexte, le préfet de la Haute-Garonne a réuni dès le 22 février le comité de concertation eau pour sensibiliser les acteurs concernés à la situation exceptionnelle rencontrée. Le 10 mai 2017, il a réuni à nouveau le comité de concertation eau pour faire le point sur la situation.

Une situation de sécheresse.

La situation hydrologique actuelle des cours d’eau correspond à une situation de sécheresse survenant tous les 3 à 10 ans pour le bassin de la Garonne. Cette situation nécessite une vigilance particulière dans les prochaines semaines. Les stocks de neige, qui servent à soutenir les débits des cours d’eau en début d’étiage, sont déjà très faibles compte tenu des températures élevées pour la saison. Le niveau des nappes phréatiques qui permettent de soutenir le débit des cours d’eau en période estivale est lui aussi en dessous de la moyenne sur la Garonne, et très faible sur l’Ariège.

Pas de mesure d’urgence.

Enfin, cette vigilance doit notamment s’exercer sur les sous-bassins de l’Ariège et du Système Neste à l’Ouest du département, où le taux de remplissage des retenues est actuellement faible. Les volumes des retenues pyrénéennes d’EDF utilisés pour le soutien d’étiage de la Garonne (51 Mm³) sont quant à eux garantis pour l’étiage 2017. Si à ce stade, aucune mesure d’urgence n’apparaît nécessaire, le préfet appelle tous les usagers (particuliers, collectivités, industriels, agriculteurs, golfs, gestionnaires de canaux) à une utilisation responsable et la plus économe possible de la ressource en eau. Si la situation était amenée à se dégrader dans les prochaines semaines, des mesures de restriction pourraient être mises en oeuvre, en application de l’arrêté cadre sécheresse en vigueur.

Le préfet écrira aux maires sur la situation actuelle et les mesures de restriction qui pourraient être mises en oeuvre, en cas de nécessité.

Le préfet a décidé la poursuite du suivi mensuel de la situation hydrologique, afin d’anticiper au mieux son évolution d’ici l’été.

Mots-clés :

Articles en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

S'abonner à la newsletter

Derniers articles

Ne manquez plus un article :