Le pic du Midi de Bigorre : sommet pyrénéen et temple des sciences

Ce mercredi 8 mars, à l’auditorium de la médiathèque de Saint-Gaudens, la SEC, Société des Etudes du Comminges organisait une conférence. Jean-Christophe Sanchez, professeur agrégé d’histoire-géographie, chercheur associé à l’Université Jean Jaurès présentait l’histoire du Pic du Midi de Bigorre.

Professeur passionné, il a donc captivé son auditoire venu nombreux écouté l’histoire de l’observatoire.

Historique de l’observatoire du Pic du Midi

Comment s’est-il imposé comme pôle d’observation, l’évolution du site avec les nouveaux matériaux d’observation, les nouvelles coupoles. Comment ce matériel a été acheminé, malgré des conditions climatiques difficiles, puis installé, avec les moyens de l’époque. Les frères Henry observent le transit de Vénus. Et là, oh merveille,  le ciel nocturne est d’une clarté incroyable, et ceci aujourd’hui encore.

A partir de là, la première coupole est donc installée et débute l’histoire de ce centre d’études. Même  la Nasa reconnait cette pureté et ces conditions exceptionnelles d’observation. Elle y construira aussi une coupole pour observer et faire la cartographie de la lune en 1965. Un télescope, le meilleur au monde encore aujourd’hui. Comment le rayonnement cosmique observé au pic amènera en 1953 la plus grande concentration de scientifiques et de prix Nobel réunis autour de ces découvertes.

Le rayon laser rubis utilisé pour mesurer les distances entre les astres. Ce centre reste donc pionner dans les innovations. Dans les années 80 c’est encore là qu’a été pilotée la première coupole par ordinateur. Le gros défit reste la pollution lumineuse, d’où sa protection.

Le but est de faire classer cet observatoire comme patrimoine de l’humanité.

La SEC s’est encore illustrée par la qualité de cette conférence de haut niveau. Le conférencier JC. Sanchez, passionné et passionnant, a su pendant 2 heures captiver son auditoire. Nous attendons avec impatience la prochaine pour continuer à nous instruire sur la richesse de ce patrimoine local, trop méconnu.