Samedi 25 février au Conseil départemental, se sont tenues les 2èmes rencontres du Dialogue citoyen.

 

Ce temps d’échange ouvert à tous a réuni près de 300 Haut-Garonnais désireux de découvrir ou de suivre la démarche de démocratie participative initiée par le Département en septembre 2015.

 

Un bilan a été dressé des grandes concertations citoyennes lancées par le Conseil départemental durant l’année 2016 pour améliorer la qualité et l’efficacité des services publics sur divers sujets : le réseau de transports départemental Arc-en-Ciel, la modernisation des médiathèques et bibliothèques du territoire, la construction des nouveaux collèges, la mixité sociale dans les collèges…

Au total, plus de 3 000 internautes ont contribué aux consultations du Département et 3 500 Haut-Garonnais ont participé à plus de 80 rencontres sur tout le territoire.

 

Les participants ont ensuite pu échanger avec quatre experts de la démocratie participative, sur diverses thématiques : Laurence Barthe, maître de conférences en géographie & aménagement à l’Université Toulouse Jean-Jaurès, Véronique Bordes, responsable du Master 2 Politiques enfance jeunesse à l’Université Toulouse Jean-Jaurès, Franck Bousquet, enseignant-chercheur à l’Université Paul Sabatier au sein du Laboratoire d’Études et de Recherches Appliquées en Sciences Sociales (Lerass) et Pierre-Yves Guihéneuf, membre de l’équipe de coordination de l’Institut de la concertation et de la participation citoyenne.

 

Conformément à l’engagement de Georges Méric, ces rencontres citoyennes seront organisées tous les ans afin de faire un point d’étape avec les citoyens engagés dans la démarche.

 

“La dynamique que le Département a enclenchée sur le terrain à travers réunions et ateliers, instaure une relation de proximité génératrice de confiance. Le dialogue citoyen haut-garonnais s’impose au fil des mois comme une nouvelle manière de concevoir l’action publique. Notre volonté aujourd’hui est de consolider davantage cette démarche de démocratie participative au service de la vie quotidienne des Haut-Garonnais” a souligné Georges Méric.