Il faut s’y habituer, la 5C est la Communauté de Communes Cœur et Coteaux du Comminges.

Ce samedi 20 janvier 2017, le résultat des urnes tombait. Après deux tours de scrutin, au détour d’une campagne courte mais très mouvementée, Monsieur Loïc de Bretagne, adjoint à la mairie de l’Isle en Dodon, et ancien président de la communauté de communes des Portes du Comminges, était élu premier président de la nouvelle intercommunalité. La 5C, issue de la loi NOTRe.

Monsieur le président, votre première impression après cette élection ?

« Je dois avouer être très heureux d’avoir été élu au deuxième tour de scrutin avec une avance confortable. Je ne boude pas ce plaisir. Maintenant que je suis élu, je veux que l’on abandonne toutes ces querelles partisanes, de personnes, de territoire. Je veux construire sur une présidence collégiale. Je le réaffirme, mon projet est fédérateur. Il repose sur 4 piliers : cohésion, proximité, réalisme (en ce qui concerne la fiscalité), et consensus. C’est parce que je souhaite construire ensemble que j’ai proposé uniquement 6 candidats à la vice-présidence. 5 postes restant libres pour attirer les personnes de bonne volonté, laissant la place au conseil de donner sa voix. Je souhaite l’élection de personnes compétentes et surtout disponibles au vu de la tâche à accomplir ».

Quelle sera votre premier chantier dans cette nouvelle intercommunalité ?

« Après cette élection, ma première mission va être de rassembler le bureau et de répartir les compétences selon le bien vouloir de chacun. Nous avons un chantier énorme à accomplir, tout y est à faire, à construire. J’attends que chaque élu me propose ses compétences, ses qualités personnelles en rapport avec ces compétences. Je réaffirme vouloir être un président proche de son territoire ».

Comment envisagez-vous les relations de la 5C avec les autres intercommunalités, avec Toulouse, le SCOT ?

« Ma priorité va être de travailler ensemble pour défendre notre territoire face à la Métropole. Il nous faudra avancer ensemble et non les uns contre les autres. D’ailleurs toute la Haute-Garonne y sera gagnante. Il nous faudra constituer un PETR cohérent et renforcer le SCOT. Je souhaite un consensus important ».

Après ce changement d’orientation politique pour certaines intercommunalités, certaines communes, des questionnements commencent à se poser pour certains élus.

Certains projets élaborés et presque aboutis avec l’ancienne équipe intercommunale pourront ils  voir le jour ou seront-ils ni plus ni mois abandonnés. En outre pour des raisons « de mauvais copinage politique » ? Certains anciens vice-présidents qui avaient commencé un travail au sein d’une commission, peuvent par ailleurs se sentir frustrés au vu de leur engagement, de ne voir aboutir leur dossier et s’interroge sur la pérennité de ce travail. Doutes, questionnements légitimes auxquels le nouveau président devra faire face pour rassurer, répondre à toutes ces attentes, ces incertitudes. Gageons que ce chantre du consensus, saura répondre à ce questionnement somme toute légitime, apaiser ses peurs. Faire table rase de toutes ces querelles intestines destructrices.