20 ans après son premier concert, Marcel Canal, le papa des B.Bop, ce groupe de chants polyphoniques, corses, basques et Gospel, a décidé de mettre sa carrière entre parenthèses.

L’église de Barbazan était au complet, des chaises supplémentaires ont été installées. Il faut dire que le groupe est bien connu dans notre région et bien au de-là, puisque il se produit dans toute la France. Il faut reconnaître leur professionnalisme, des voix sublimes, une programmation très éclectique. Et puis, on partage leur plaisir de jouer ensemble. Ils nous ont fait entrer dans leur univers, on est emporté dans cette magie. Oui, c’est bien de magie dont il s’agit.

les B.Bop en harmonie

D’après la théorie des cordes, notre univers, nous même, tout n’est que vibrations. Et ce soir du 22 décembre, je puis vous assurer, que le public n’était qu’harmonie, dans ce champ vibratoire. Que d’émotions, la sensibilité était au rendez-vous. Cela vous hérissait le poil, et je dirais même que c’était jubilatoire, « un véritable orgasme». Que de plaisir pour les sens, la tête et le corps. Le public était transporté, dans une véritable transe jubilatoire qui a duré plus de 2 heures 30. On a vécu en communion, on ressentait ce partage, cet échange, cette résonance monter en puissance tout au long du concert pour finir en extase.

Le public est ressorti conquis par leur performance, le cœur léger, le sourire aux lèvres pour finir par un pot de l’amitié plus que convivial, et gastronomique.