A chaque entrée de la ville-cité, les panneaux « Plus beaux détours de France » ont été installés pour dire aux automobilistes que les rivois ont obtenu ce label tant convoité. C’est une fierté pour ce village qui voit là l’occasion de bénéficier d’un outil promotionnel réputé de grande qualité.

Comme le disait Maryse Vezat, maire de la commune, lors de l’obtention de ce titre, cet outil promotionnel comporte des exigences de qualité. “A l’heure du numérique et des réseaux sociaux, la médiocrité ne pardonne pas. Chacun doit être conscient qu’il doit donner le meilleur de lui même s’il veut la réussite… Actuellement, le touriste ne fait que passer. Il est donc nécessaire de mettre des produits en place et de travailler en synergie afin que les visiteurs de la cathédrale de Rieux, du village gaulois ou autres richesses du territoire fassent étape pour au moins une nuit chez nous.” « Il faut être imaginatif, inventif et créatif »

Constats et perspectives.

Si certains des critères exigés pour cette labellisation coulent de source tellement la ville-cité possède un riche patrimoine architectural, d’autres sont à travailler et à parfaire si l’on veut que ce qui était un atout certain ne devienne pas un handicap par quelques retours négatifs émanant des réseaux sociaux. Il est donc maintenant temps d’agir.

A partir de janvier 2017, ce sera le rôle de la communauté des communes du Volvestre qui prendra la compétence tourisme, tout au moins en ce qui concerne la seule promotion du territoire. Les infrastructures publiques restent, semble-t-il pour l’instant, à la charge des collectivités propriétaires.

Un grand défi pour le nouveau conseil communautaire et sa commission tourisme qui devront définir une politique imaginative, inventive et créative selon les propres mots de madame le Maire de Rieux Volvestre. Mettre en place une capacité hôtelière permanente, mettre en place une signalisation directionnelle et informative, bénéficier d’un environnement touristique intéressant justifiant un séjour d’au moins 3 jours, posséder un site internet régulièrement actualisé sont quelques uns des chantiers qui attendent le nouveau vice président(e) pour coller aux exigences des “Plus beaux détours de France”.

Rappelons nous que la ville cité aspire également à devenir une étape du chemin de Saint Jacques de Compostelle reliant Toulouse à Saint Bertrand de Comminges, via Garona.

A l’instar de la Garonne parfois capricieuse lorsqu’elle sort de son lit, le tourisme risque de ne pas être un long fleuve tranquille…